Maman P&G

Mes filles ont participé à leur premier vidéo de type “Unboxing” grâce à mon paternariat avec pampers!

À la maison comme à la garderie, nous passons notre temps à parler de ce qui se passe dans les couches de mes filles. Bébé Fille aura bientôt 4 ans. Avec son spina bifida, on pourra dire que son apprentissage de la propreté aura été très différente. Son parcours n’est pas habituel, disons. Depuis maintenant 14 mois, nous lui faisons ses cathétérismes plusieurs fois par jour. Depuis, elle ne mouille plus ses couches ni sous-vêtements. Sauf à quelques occasions… mais on pourrait compter sur les doigts d’une seule main les moments ou dès accidents se produisent.

L’an dernier, elle a passée des tests afin de savoir si ses intestins fonctionnaient normalement. Le verdict est tombé rapidement. Le gastroentérologue qui l’a vu a été formel. Bébé Fille ne souffrait d’aucun handicap au niveau des intestins. Elle pourrait être propre comme tous les enfants de son âge. On s’est accroché à ça en se disant qu’elle n’était juste pas prête. Qu’elle n’avait pas 3 ans et qu’elle avait amplement le temps d’aller sur le petit pot. Les mois ont passés. La chirurgie a eu lieu. Avec l’appuie de la garderie, je lui ai acheté des petites culottes afin de la motiver. J’ai changé les couches pour des sous-vêtements d’entrainement Easy Ups de Pampers. On a attendu. On a été patient. On a été inquiet. On s’est je me suis parfois fâchée de ramasser des dégâts dans les petites culottes de Princesse. Bref, cet apprentissage de la propreté m’en a fait voir de toutes les couleurs.

Mais, je peux maintenant le crier fort. Très fort! Depuis une semaine, Bébé Fille demande elle-même à aller sur la toilette et ce, avec le sourire! Je capote! Je n’y croyais juste plus! Je me souviens qu’à ma première fille, j’avais le gout de dire à tout le monde qu’on en avait finit avec les couches. Pour le deuxième, je me suis gardé une petite gêne. Je ne pensais pas que pour Bébé Fille, je serais si heureuse! C’est tellement un poids de moins sur les épaules. On est parfaitement conscient qu’elle  aura des cathéters vésicaux toute sa vie, mais savoir qu’elle n’aura plus besoin de couche… ahhhhh! Je respire mieux. Beaucoup mieux. Et de la voir si fière d’elle-même, c’est beau! Tellement beau!

Il y a quelques semaines, Pampers m’a proposé de m’envoyer un colis pour ma plus jeune. Compte tenu que j’adore les produits Pampers, j’ai accepté avec plaisir. Ils sont quand même dans notre vie depuis près de 4 ans (dont 2 ans avec 2 enfants aux couches!).

unboxing du colis de Pampers

Le vidéo Unboxing

Quand nous avons reçu le colis, on m’a demandé d’attendre quelques consignes avant de l’ouvrir. La grosse boite est demeurée dans la salle à manger pendant quelques temps. Mes filles étaient tellement curieuse de savoir ce qu’elle contenant. Bébé Fille y est allée de ses hypothèses alors que Puce, elle se servait de la boite comme d’un jouet. La boite n’est pas resté longtemps dans la salle à diner. Je l’ai souvent retrouvé dans le salon ou la cuisine. Bref, avant même de l’ouvrir, ce colis a été un bon moyen de stimuler l’imagination de mes filles. Je vous laisse regarder le vidéo. Vous pourrez ainsi découvrir avec nous ce qu’il contenait.

Les Easy Ups de Pampers

Comme je disais, avant même ce partenariat, nous utilisions les Pampers Easy Ups pour Bébé Fille. Ce qui est bien, c’est que ma grande de 3 ans et demi refusait de porter les couches de bébé comme sa petite sœur, mais voulait des petites culottes comme ses amis de la garderie. Ce fut un compromis que nous avons pu faire pendant un bon moment.  Ce que j’aime encore plus, c’est qu’elle peut les enfiler elle-même et prendre de l’autonomie.

Puce colis pampers

Aussi, les sous-vêtements d’entrainement Easy Ups ont été améliorés. Ils sont encore plus doux, plus minces et offrent un meilleur ajustement à la taille. J’ai beaucoup aimé les retrouver dans plusieurs tailles. Ainsi, même ma grande de presque 4 ans a pu les porter. Quand notre enfant grandit et qu’il a encore un besoin de sous-vêtements adaptés, c’est toujours plaisant d’en trouver facilement!

Maintenant, nous allons remiser les culottes de Dora en taille 4-5T et sortir celle de 2-3T pour notre 2 ans. Cette semaine, elle a fait son premier caca sur la toilette! On commence à croire que l’été prochain, nous n’aurons plus besoin de couches! Après 4 ans, il serait temps qu’on passe à autre chose, non??

Comme gérer l’adolescence de Princesse (elle a maintenant 14 ans… vous pouvez imaginer le fun qu’on a en ce moment avec une presque4ans et une deuzans)… et celle de Binou qui va arriver ben trop vite à mon gout…

Et vous, comment ça se passe l’apprentissage de la propreté??

Pour en savoir plus

Pour plus d’information sur les produits Pampers, je vous invite à consulter le site web, Facebook, YouTube,  ou encore Twitter.

Déclaration : Dans le cadre de mon affiliation avec Pampers, j’ai reçu une rémunération et/ou des avantages. Les opinions écrites sur ce blogue sont les miennes.

Publicités
Spina Bifida

Nous avons séjourné au Manoir Ronald McDonald de Montréal

En février dernier, lors de l’hospitalisation de Bébé Fille à l’hôpital Ste-Justine, nous avons eu la chance de séjourner au Manoir Ronald McDonald.

1-Entree-Manoir

Le plan initial était que soit mon chum, soit moi allions dormir dans la chambre avec Bébé Fille alors que l’autre irait à la maison pour dormir. J’ai fait l’aller-retour de Montréal à chez moi pendant plusieurs années pour le travail. On se disait qu’on pouvait bien le faire dans le cas de l’hospitalisation de notre fille. Malheureusement (ou heureusement), le jour de la chirurgie, les météorologues prévoyaient une tempête de neige. Depuis que j’ai eu mon lot d’accidents par le passé, je suis plus nerveuse sur la route. Quand on prévoit une tempête, ma nervosité augmente. Mon chum me disait de ne pas m’en faire, qu’il ne me demanderait pas de conduire en cas de neige. Ça reste que ça me stressait quand même de l’imaginer sur la route en pleine tempête ! Et qu’une petite voix me disait que c’était à moi de retourner à la maison pour m’occuper des autres enfants. Oui, j’ai eu cette pensée alors que je savais très bien qu’ils seraient tous en compagnie de ma belle-maman.

Finalement, le matin de la chirurgie quand les infirmières nous ont tous répété à tour de rôle de ne pas rester à l’hôpital pendant toute la durée de la chirurgie, on a décidé d’aller voir au Manoir Ronald McDonald si on répondait aux critères pour avoir accès à une chambre. On demeure à 69,7 km de l’hôpital. C’est loin et c’est proche à la fois. Pour certains, on est voisin de l’hôpital alors que pour d’autres, on vient de tellement loin… Bref, on ignorait à ce moment-là que l’un des critères d’admission est de demeurer à plus de 55 km.

Un accueil chaleureux

Lorsque l’on arrive au Manoir Ronald McDonald, nous sommes accueillis par une préposée à l’accueil. Elles sont deux. Je ne me souviens malheureusement plus qui nous a accueillis à ce moment, mais je me souviens de sa générosité, de son professionnalisme et sa facilité à nous faire sentir à l’aise. Très vite, on nous explique le fonctionnement et les règles de vie du Manoir. Le Manoir Ronald McDonald, ne demande que 10$ par nuit.

Une fois que la décision est prise de demeurer au Manoir pendant notre séjour à l’hôpital, on nous fait faire une visite guidée. De l’extérieur, je n’avais pas réalisé que le Manoir Ronald McDonald de Montréal était si grand ! On y retrouve 50 chambres dont 7 sont adaptés pour personne à mobilité réduite. Les chambres sont réparties sur 4 niveaux.

Chacune des chambres peut loger 3 personnes. On y retrouve un lit double et un lit simple. La literie est incluse.

10-Chambre Manoir Ronald McDonald de Montréel

Le manoir, plus qu’un centre d’hÉbergement !

Le manoir Ronald McDonald est plus qu’un centre d’hébergement, c’est une deuxième maison pour bien des familles. Il est possible d’y demeurer une nuit ou deux ou beaucoup plus longtemps. Certaines familles vont y séjourner pendant des semaines, voir des mois.

En plus des chambres, on y retrouve 2 cuisines entièrement équipées, 1 salle à manger, une salle pour ado, une salle de jeux pour enfant.  On y retrouve aussi un énorme salon avec ordinateurs qui sont disponibles pour tout le monde. Personnellement, nous avons beaucoup apprécié les salons avec téléviseur. Le jour où Bébé Fille a été opérée, nous y avons passé beaucoup de temps. À ce moment, on ne comprenait pas pourquoi les gens insistaient autant pour que l’on sorte de l’hôpital pendant la chirurgie. On croyait qu’on n’arriverait pas à faire autre chose en attendant l’appel qui nous dirait que tout était enfin terminé. Ils avaient tous raison. Sortir de Ste-Justine, même si nous étions à quelques mètres de notre fille, nous a permis de penser à autre chose, de ne pas focaliser sur les “et si”.  Pour la première fois depuis des années, mon amoureux et moi avons même eu du temps seul ! (Bon, on aurait aimé que ce soit dans d’autres conditions, mais reste qu’on a réussi à s’assoir sans avoir d’obligation et on a ainsi pu… jaser !)

7-Les-cuisines Manoir Ronald McDonald de Montréel

Le manoir a été pensé et conçu dans le but de rendre le séjour des familles le plus agréable possible. Pendant toute la semaine, mon chum et moi avons pu alterner notre présence auprès de notre fille. Pendant que l’un passait la nuit avec Bébé Fille, l’autre allait profiter d’un bon lit et d’une douche chaude. En cas de besoin, il était possible d’appeler directement dans la chambre du manoir. Nous avions même accès à une boite vocale.

Les soirs où j’étais celle qui retournait au manoir pour se reposer, j’en ai profité pour passer un peu de temps dans la salle à manger pour lire et relaxer avant d’aller m’étendre seule dans ma chambre. La présence des autres familles est réconfortante. On réalise que l’on n’est pas seul à vivre avec un enfant malade ou différent. Nous y avons rencontré une famille fort sympathique qui séjournait sur le même département de chirurgie que notre fille. Ils venaient même prendre des nouvelles de notre fille et nous donnaient des nouvelles de leur enfant en retour. Bien que nous n’allons jamais les revoir, ces échanges étaient réconfortants.

6-Salle-a-diner Manoir Ronald McDonald de Montréel

Il est aussi très fréquents que des bénévoles viennent offrir un repas pour les résidents de Manoir. C’est alors un bon moyen de sortir un peu de l’hôpital et de rencontrer d’autres familles. Il y a même des activités d’organisées pour les enfants. Encore une fois, tout est mis en place afin de rendre le séjour le plus agréable possible et permettre aux gens de se sentir à la maison!

Personnellement, ce fut la meilleure décision de rester pour la semaine au Manoir. Nous avons cessé de nous inquiéter pour le transport et le voyagement. Ce sont les enfants qui nous ont rendu visite. Merci mille fois à mes parents qui ont fait l’aller-retour à quelques reprises afin de nous apporter réconfort et me permettre de voir mes deux grands. Et surtout, merci mille fois aux membres du personnel et les bénévoles pour votre accueil et votre hospitalité. Ces gens sont de vraies perles! Ils arrivent à mettre un peu de baume sur l’hospitalisation de notre enfant.

Comment aider ?

Il est possible d’aider le Manoir Ronald McDonald de bien des façons. Tout d’abord, tous les ans, vous pouvez participer au Grand MC Don dans la grande région de Montréal. Aussi, lorsque vous acheter un joyeux festin chez McDonald, 0,10 $ par Joyeux Festin vendu sont remis à cet organisme.

Il est aussi possible de faire un don ou devenir bénévole. Pour toutes les autres campagnes de financement, je vous incite à consulter le site.

Avez-vous séjourné au Manoir ? Pourquoi ne pas partager votre expérience ?

5--Mur-des-Remerciements Manoir Ronald McDonald de Montréel

Crédit photo : J’ai eu l’autorisation du Manoir Ronald McDonald de prendre les photos et de les utiliser pour mon article.

Maman P&G

Une histoire de couche… malodorante! #comitebebepampers

Est-ce que vous avez vu passer le dernier vidéo de Pampers sur vos réseaux sociaux ? C’est un court vidéo où l’on voit les expressions des bébés qui font… un numéro 2. C’est drôle. Ça rappelle de beaux et moins beaux  souvenirs (mal)odorants. Tant que nos enfants sont petits, on trouve le moyen d’en rire.

Pampers-pooface-commercial-650x373

source : vidéo Pampers

Je crois que tous mes enfants m’ont fait le coup de la couche qui déborde jusqu’au cou… au restaurant. Tsé, le genre de dégât épouvantable qui fait que l’on tient bébé à bout de bras en ne sachant pas par ou le soutenir, et qu’on regarde la table à langer et on ne sait pas plus ou installer bébé. Le genre de dégât qui fait en sorte qu’on ne sait pas du tout par où commencer… À chaque fois, je me trouvais tellement chanceuse que les lingettes Pampers existent!

Avec les 4 enfants, j’ai eu la chance d’essayer de nombreuses marques de lingettes humides. Peu importe les spéciaux en cours, je reviens toujours aux lingettes Pampers. Elles sont douces, résistantes et enlèvent tous les types de dégâts!

Mon jeudi confession

Est-ce que je peux profiter de ce billet (et du fait que c’est jeudi!) pour vous faire une confession ? Depuis que l’on fait des cathétérismes à Bébé Fille, elle ne mouille plus de couche. Mais plus du tout. Ni la nuit. On peut dire qu’elle est propre depuis plusieurs mois pour les pipis.

Depuis une semaine, j’ai même commencé à lui envoyer des petites culottes à la garderie. Le hic est que pour les selles, elle n’est pas prête. Je lui mets encore des couches Pampers Cruiser (on les adore pour Bébé Fille parce qu’elles sont minces et qu’elles se camouflent bien sous un leggings) quand on sort, ou quand on est en voiture ou quand elle est avec nous à la maison. Il y a des jours où l’on peut changer 6 ou 7 couches. Je n’ai pas envie de laver autant de petites culottes.

Elle refuse de nous dire quand elle a envie de faire son #2. Pourtant, les docteurs sont unanimes. Ses intestins fonctionnent très bien. Elle n’est pas incontinente. Elle n’est pas prête. Je n’arrête pas de me répéter cette phrase…

Mais moi… là, je suis prête! Je suis même à boutte de changer des cacas de grande fille de presque 3 ans et demi. J’en ai 2 aux couches. Je commence à me dire que la petite dernière va être prête avant sa grande sœur.  J’aimerais ça, moi, qu’elle soit prête…parce qu’à toutes les fois où je me rends compte qu’elle a un son #2, j’ai toujours peur qu’elle se tape une nouvelle infection urinaire!   

Concours pour la fête des Mères

Pour souligner la fête des Mères, qui aura lieu cette fin de semaine, j’ai un ensemble de produits Pampers à offrir à une nouvelle ou future maman. Je vous invite à vous inscrire ou si vous n’avez pas de nouveau-né à la maison, vous pouvez le faire pour une amie, une sœur, une voisine, une collègue…

concours _comitebebepampers (1)

Le prix (d’une valeur de 50$) :
  • Un détergent Ivory Neige de 1,18 L
  • Un emballage de 80 couches Pampers Swaddlers Sensitive pour nouveau-nés, format Super
  • Trois emballages de lingettes pour bébés Pampers Sensitive
RÈglements :
  • Avoir 18 ans ou plus.
  • Avoir une adresse postale au Canada.
  • Aimer la page Facebook de Pomme Cerise (ce n’est pas obligatoire, mais plus vous serez nombreux, plus je pourrais vous offrir de beaux concours!)
  • Laisser un commentaire sur le billet de blogue ou sous le statut  Facebook  associé au concours.
  • Vous avez jusqu’au 8 mai 23 h 59 (heure du Québec) pour vous inscrire.

Bonne chance!!

Divulgation: Je suis une blogueuse du Comité des bébés Pampers et je reçois des avantages de cette collaboration.

Spina Bifida

Spina Bifida : Bébé Fille est prête pour le retour à la garderie. Moi pas.

Bébé Fille a recommencé à aller à la garderie la semaine dernière. Elle n’y est allée que deux jours. Pour commencer. Je crois que je n’étais pas prête. Elle, elle l’était. C’est même elle qui a demandé à y aller. J’ai accepté. Parce que j’étais épuisée. Parce qu’elle semblait prête. Plus que prête! Elle m’impressionne ma puce.

retour à la garderie après une chirurgie

Bébé Fille a manqué, au total, 3 semaines de garderie. À la maison, son papa et moi, nous nous sommes relayés. J’ai manqué une semaine au travail, à mes frais. Le papa a manqué près de 3 semaines. Bien que ce fut des vacances qui lui étaient dues, ce ne fut pas facile à négocier avec le travail. Je suis de tout cœur avec les parents qui doivent s’absenter plusieurs semaines par année pour leur enfant. Se battre pour quelque chose qui semble si naturel en tant que parent, mais qui ne semble pas l’être pour les employeurs. On peut difficilement croire qu’ils sont eux-mêmes des parents.

Tout ça pour dire que ma fille a passé deux semaines à la maison avec maman et/ou papa. Après les deux semaines, je crois qu’elle en a eu assez de nous voir 24h/24, 7j/7. Je crois, que bien qu’on l’occupait avec des tonnes de jeux calmes parce qu’elle devait se reposer, bien.. elle a finit par en avoir assez. Un matin, alors qu’elle m’accompagnait pour aller reconduire sa petite sœur à la garderie, elle m’a dit qu’elle voulait rester avec ses amies. Comme ça. Elle a retiré son manteau et ses bottes. Elle m’a regardé et m’a demandé dit qu’elle restait pour jouer. Je crois qu’elle était prête. Plus que moi. Je l’aurais gardé dans une doudou encore une semaine ou deux si j’avais pu. J’ai encore tellement peur qu’elle ait mal ou qu’elle se blesse. Pourtant, elle ne prend plus de médication pour la douleur depuis bien longtemps.

Bien que c’était compliqué avec le travail, j’aurais aimé conserver notre nouvelle routine qui consistait à prendre ça relaxe le matin. J’aimais ne pas à avoir à la réveiller. J’aimais la laisser prendre son temps le matin et la laisser jouer à ce qu’elle voulait, quand elle le voulait. Il semblerait que Bébé Fille ait apprécié ces moments, mais qu’elle a su avant moi qu’il était temps qu’on revienne à l’ancienne routine.

Ce matin, elle est partie avec le sourire pour la garderie. Elle m’a fait un “bye bye” par dessus l’épaule de son papa. Elle semblait tellement fière d’aller voir ses amis. Ma puce se remet complètement de sa chirurgie. Tout semble tellement loin pour elle. Pourtant, moi… je traine toujours de la patte. Je suis toujours autant fatiguée (bon ok, je sais depuis la semaine dernière que j’ai une pneumonie). J’envie la rapidité des enfants à se remettre sur pied. Ils sont fait forts nos amours!

Spina Bifida

L’impuissance d’une maman face à la douleur de son enfant

209H

C’est la deuxième journée post-opératoire. C’est supposé être plus facile qu’hier. Je ne suis pas sure. Vraiment pas. Depuis hier soir, ma fille n’a pas pris de morphine. Elle semble avoir moins mal, mais… comment en être sure? Comment est-ce que je peux être certaine que mon bébé ne souffre pas? Quand je la questionne, elle me répond un « non » retentissant, mais elle continue de se tortiller et de se lamenter. Est-ce juste la position qui la rend inconfortable? Est-ce seulement ses intestins qui la dérangent? Est-ce qu’elle est juste tannée de nous voir 24h/24?

Plusieurs fois par jour, nous devons « tourner » notre fille afin de lui éviter des plaies de pression. À chaque fois, elle hurle sa vie pendant plusieurs minutes. Parfois, elle se calme rapidement et d’autres… c’est une autre histoire. Ce matin (et cet après-midi), elle a pleuré. Longtemps. Très longtemps. Elle me disait de partir, de la laisser toute seule, de ne pas lui parler, de ne pas lui toucher. Tout y est passé.

J’ai beau ne pas le prendre personnel, la fatigue aidant, ça vient me chercher. C’est encore pire lorsque ma fille se calme et qu’elle me dit en pleurant qu’elle veut venir dans mes bras. Comment expliquer à une petite fille de 3 ans que sa maman ne la prend pas parce qu’elle ne peut pas. Pour son bien. Que si je ne le berce pas pour calmer la douleur, c’est pour justement éviter qu’elle en ait plus. Comment faire comprendre à son bébé qu’on préférerait avoir mal à sa place?

Je me sens tellement impuissante. Tout ce que je peux faire, c’est attendre qu’elle se calme. De rester près d’elle même si elle me hurle de sortir de la pièce parce qu’au fond, je demeure persuadée qu’elle ne veut pas réellement être toute seule. Pas aujourd’hui. Pas dans la douleur. Pas à 3 ans.