Bilan de l’été

mosai08

Au début du mois, j’ai fait un bilan de ma mi-été (ça se dit drôlement). Je me suis dit que ça serait bien d’en faire un de fin d’été. Juste pour le plaisir de voir ma perception de ces deux mois de congé parental (vacances scolaires) à profiter et ne pas travailler. Sincèrement, il y a une petite partie de moi qui est déçue.

Soyons clair. Du moins, je vais tenter de l’être. Quand je suis tombé enceinte et que j’ai pris conscience que je ne travaillerais pas de l’été, j’ai imaginé le plus bel été! Je me suis vu sur ma petite terrasse pendant que Bébé Fille ferait sa sieste. Je m’y suis vu entrain de lire pendant que les enfants seraient entrain de jouer sur le trampoline. Je me suis vu sur le bord de la piscine à surveiller les enfants y patauger en riant. Je me suis vu en camping, sur le bord du feu. J’ai vu des sorties romantiques avec mon amoureux. J’ai vu des heures passer à discuter à l’extérieur.

Est-ce que j’ai eu tout ça?? Hahaha!

Je croyais vraiment que Bébé Fille ferait ses nuits. Je croyais vraiment que les enfants iraient s’amuser à l’extérieur sans que j’ai à leur répéter d’y aller. Je croyais vraiment que Bébé Fille prendrait son lait au biberon comme une grande quand je serais prête.

La réalité frappe de plein fouet!

  • Bébé Fille ne fait pas ses nuits. Loin de là.
  • J’ai dû répéter et répéter sans cesse aux plus grands d’aller jouer dehors.
  • Je suis fatiguée en permanence.
  • Bébé Fille ne me laisse même pas aller au toilette deux secondes. Elle pleure et hurle de désespoir dès que je disparais de son champ de vision.
  • Le camping avec un bébé qui ne fait pas ses nuits… on oublie ça.
  • Nous n’avons rien fait des rénovations prévues.
  • Je passe mon temps à penser à mon retour au travail et je panique.
  • Il pleut ou fait toujours froid! La piscine n’est donc pas une activité recherchée.

Malgré tout ça, je ne regrette pas de ne pas avoir envoyé les enfants au camp de jour. Je suis heureuse d’être à la maison. Je prolongerais mon congé jusqu’à ce que Bébé Fille fasse ses nuits si c’était possible. Mais je ne vois juste pas le jour où elle va les faire. Je devrais me botter le derrière et faire mon cv. Peut-être qu’ils engagent au CLSC en ce moment.

Malgré un bébé allaité qui ne dort pas, nous avons quand même été en camping Huttopia, au zoodeux reprises), se baigner chez les grands parents, relaxer à la maison, fait des sorties au ciné-parc, manger du BBQ, écouter des films, fait les magasins, une visite au Jardin Botanique, fait de la photovue des oiseaux de proie, manger de la crème glacée à la crèmerie du coin. Bref, on en a fait beaucoup quand je fais le décompte!

Pour l’an prochain, je rêve d’un voyage dans le sud avec mon amoureux. Juste nous deux. Avant les grandes vacances. Pour la famille, je rêve de la mer. Pas dans le sud. Non, juste ici. Au Québec. En Gaspésie, au Saguenay. Peut importe où. Du moment que les enfants puissent jouer dans la mer (froide), voir les marées et trouver des coquillages.

Il y a quand même des trucs que j’aurais faits différemment. Même si j’ai chialé tout l’été pour le ménage, c’était toujours le bordel. Jamais à mon goût. Avec le recul, je me dis que j’aurais du laisser tomber. J’aurais du relaxer et me dire que le ménage, ben… il va être là quand Bébé Fille sera à la garderie et que les deux grands seront à l’école. Je le ferrais à ce moment. J’aurais dû prendre ça plus mollo avec mes deux grands. Ils ne vont pas dehors… ouain pis? Ils finissaient par y aller tous les soirs. Pourquoi est-ce que j’ai stressée autant pour ça? Je crois que ce sont ces trucs là qui font que je suis un peu déçue de mes vacances.

Finalement, j’ai bien fait de faire mon bilan. Parce que dans le fond, nous avons eu un bel été!

En attendant, profitons de ce qui reste de la belle saison. Profitons du soleil et surtout… profitons du fait que je sois à la maison! Il me reste encore un mois!

Mon bébé ne s’endort pas seul : j’ai testé le 5-10-15

Comme vous le savez, je me plains en permanence que Bébé Fille ne dort pas ses nuits. Déjà, si elle s’endormait seule, ça aiderait. Cette semaine, j’ai atteint ma limite. J’ai eu l’idée de la mettre au recyclage ou de faire le fameux 5-10-15. Pour ceux qui ne connaissent pas, le concept est très simple. On couche bébé en le rassurant et lui expliquant que c’est l’heure de dormir. Ensuite, on le laisse pleurer 5 minutes et on va le voir pour le consoler. Ensuite, on attend 10 minutes avant de retourner dans la chambre et, finalement 15 minutes. Normalement, Bébé devrait finir par s’endormir seul et, au bout de quelques jours, il ne devrait même plus pleurer.

mon bébé ne s'endort pas seul j'ai essayé le 5-10-15

Comme je ne sais plus quoi faire pour que Bébé Fille dorme. Je me suis dit pourquoi pas… L’après-midi, elle s’endort pendant son boire et dort sur moi. Dès que je vais la déposer dans son lit, elle se réveille. Si je vais la coucher dès qu’elle s’endort, le réveil est très rapide. Si je la laisse un peu dormir sur moi, genre… 10 minutes, elle se réveil au bout de 10 minutes. Si je la laisse dormir une heure, elle se réveille dès que je la dépose dans son lit. Il n’y a que le matin où elle dort une bonne heure dans son lit.

Pour la soirée, j’ai beau lui donner son repas. Ensuite le bain. Ses médicaments. Une séance au sein et… elle s’endort dans mes bras environ… 30 minutes. Si je la couche dans son lit… ahhh! Les hurlements se font entendre. Ensuite, elle joue et se fait un gros fun noir même si je tente de la garder dans une atmosphère calme. Elle se rendort vers 22h et se réveille aux deux ou trois heures par la suite. Quand elle fait des dents, elle se réveille aux 10 minutes et ne dort que dans mes bras.

En raison de tout ça, ce mardi après-midi, j’en ai eu assez! Je me suis dit que j’allais faire le fameux 5-10-15!

J’ai allaité ma belle petite choupette. Je l’ai bercé un peu et elle s’est endormie sur moi. Je suis allée immédiatement la mettre au lit en lui disant bonne sieste. Il était 13h45. Moins de 10 minutes et elle était déjà réveillée! J’ai hésité entre éclater en sanglots parce que j’en ai assez ou la laisser dans son lit en espérant qu’elle s’endorme. J’ai ravalé mon découragement et je l’ai laissé dans son lit. Je suis quand même allée la voir. Je lui ai dit que c’était l’heure du dodo, j’ai fait fonctionner son mobile et je suis sortie de la chambre. C’est là que les larmes et cris ont débuté. J’ai attendu 5 minutes. Je me sentais forte. Les cris ne m’affectaient pas! J’ai même pensé que ça allait être facile et qu’elle allait s’endormir! Au bout de 5 minutes, je suis retourné dans sa chambre. Dès qu’elle m’a vu, elle a crié encore plus fort et plus fort et plus fort. Les petits bras tendu vers moi, le visage rouge, la larme pleine les joues… Je lui ai parlé tout doucement. Elle s’est un peu calmée et je suis sortie de la chambre. Les cris se sont fait entendre de plus belle! J’ai texté mon amoureux pour avoir un peu de réconfort, car mes belles convictions de femme forte commençaient à être moins présentes. J’ai réussi à tenir 10 minutes!! Je suis retourné voir Bébé Fille. Oh boy…

Les larmes, les cris, les bras tendus vers moi. Elle se tordait de droite à gauche avec un de ses regards… Je capotais un peu! J’ai pourtant pensé que si je craquais, ca ne fonctionnerait pas. J’suis donc ressorti de la chambre et je suis allée dans la douche. Comme ça, j’entendrais moins les pleurs et, ma douche serait enfin prise! Elle pleurait toujours autant après 15 minutes. Là qu’est-ce que je suis supposé faire? Est-ce que je la laisse encore pleurer? Disons qu’à ce moment-là, je n’en menais plus large!

J’ai encore attendu et retourner consoler, et attendu et… finalement, j’ai fini par la reprendre dans mes bras. Bébé Fille s’est accroché à moi et faisait des hoquets de pleurs. Vous savez le petit bruit qu’ils font en respirant quand ils ont trop pleuré… Je pleurais, ma fille s’accrochait à moi… Arrgg! L’horreur! J’ai fini par m’assoir et la mettre au sein. Elle ne voulait pas téter, juste tenir mon sein et ma main avec sa petite main. Elle est demeurée silencieuse contre moi un bon moment. Elle a finit par fermer ses yeux et s’est endormi. J’ai alors essayé de la mettre au lit…

OMG! Grave erreur de ma part! Elle a pleuré, pleuré et pleuré dès que j’ai fait mine de vouloir la déposer sur son lit. Pour tout le reste de l’après-midi, j’ai payé pour cette tentative du 5-10-15…

Est-ce que je vais réessayer? Pas sure… Si je le refais, je vous tiens au courant!

Bilan de la mi-été…

bébéfilledoux

C’est ce matin que mon homme reprenait la route vers le travail. Je me retrouve donc seule avec les trois enfants. Ça ne me fait pas peur. Les deux grands sont plus autonomes. Je n’ai pas à préparer leur déjeuner. Ils se font des sandwichs quand je leur demande. Ils arrivent à s’occuper seuls lorsque j’insiste.

Mes deux grands font partie de la génération d’enfants hyper stimulés et ayant toujours quelqu’un pour leur organiser une activité. Sincèrement, au mois de juin, j’ai songé à les inscrire au camp de jour. Ça ne me disait rien de devenir une animatrice pour l’été avec Bébé Fille qui ne faisait (et en fait) toujours pas ses nuits. Ça ne me disait rien de devoir leur dire quoi faire à tout moment, d’insister pour les voir aller jouer dehors.

Une partie de moi se sentait comme la mère ingrate de les envoyer au camp de jour alors que l’autre partie se disait qu’ils bougeraient et verraient plus d’amis en y allant. Finalement, j’ai pris la décision de ne pas les envoyer. J’ai pris un moment pour y penser. J’ai discuté avec mon amoureux. J’ai discuté avec les enfants. Ils m’ont promis de s’occuper par eux-même, de se trouver des amis, des jeux. J’ai aussi lu des billets de blog sur le sujet. J’suis même tombé sur l’article de France Paradis, Un été inoubliable, dans la revue Enfants Québec de juillet-aout 2013. Suite à cette lecture, j’ai su que je prenais la bonne décision de les garder à la maison. Mes deux grands allaient apprendre à s’ennuyer, à s’occuper d’eux-même et surtout, à utiliser leur imagination!

Un mois vient de s’écouler. Est-ce que je suis satisfaite de notre été? Dur à dire. J’ai passé le dernier mois à leur dire de s’occuper par eux-même, à insister pour qu’ils aillent jouer dehors, à leur répéter encore et encore que ce n’était pas à moi à leur trouver des idées de jeux. Ils ont trouvé le moyen de me faire enrager plus d’une fois! Dans le dernier mois, il m’est arrivé de regretter de ne pas les avoir inscrit, mais est-ce que ça aurait été mieux? J’aurais peut-être passer mon temps à chialer pour qu’ils se préparent le matin et partent à l’heure. Avec la mauvaise température de juillet, est-ce que j’aurais voulu les y envoyer?

On en reparlera dans un mois quand je ferais le bilan final de l’été 2013.

Je vais quand même essayer de prendre ça plus relaxe pour le dernier mois. Je ne veux pas être en colère en permanence. Je ne veux pas leur répéter sans arrêt d’aller jouer dehors. J’aimerais tellement être une maman plus zen, plus patiente. J’aimerais être capable de profiter du moment présent, de ne pas stresser pour rien… Les enfants doivent encore aller passer une semaine chez leur père. Il ne me reste donc pas grand temps avec eux. Sur ce temps, j’ai l’intention d’aller faire les achats pour la rentrée scolaire (vêtements, articles scolaires). Avec les trois, ça risque de me prendre deux jours pour y parvenir. Je veux les amener à la bibliothèque et on aimerait bien aller aux glissades d’eau.

Et vous? Comment se passe votre été jusqu’à présent?

La routine des visites médicales

Je prends quelques minutes pour revenir sur ma journée d’aujourd’hui. Vous êtes plusieurs à m’avoir écris pour m’offrir votre soutien et je tenais à vous remercier. Sincèrement, il arrive que l’on se sente seul, mais vos messages me rappellent qu’il y a des gens qui nous souhaitent du bien. C’est touchant. Très touchant! Merci milles fois!

visite médicale

Hier soir, après avoir écris mon billet, j’espérais que Bébé Fille m’offre une belle nuit. Si on tient compte qu’elle dormait à 22h30 et ne s’est réveillé qu’autour de 00h50, ce fut une belle nuit. Le seul problème est que je n’ai jamais réussi à me rendormir après son boire! J’ai tourné et tourné dans mon lit sans succès. J’ai fini par aller m’étendre sur le divan du salon où j’ai senti que j’allais m’endormir. Il était 3h15! À 3h19, Bébé Fille se réveillait! Argggh! À ce moment-là, ce n’est plus le rendez-vous chez le neurochirurgien qui m’inquiétait. Oh que non! J’avais juste peur de ne pas être capable de me rendormir ou de ne pas entendre le réveille-matin à 7h00!

Finalement, j’ai réussi à me rendormir et, Bébé Fille s’est réveillé 5 minutes avant notre réveille-matin.

Hier soir, j’ai dis à mon chum de ne pas s’en faire pour le trafic. Que ça irait bien, que l’été s’est toujours mieux… pouahhahah! J’avais oublié qu’il y aurait de la construction partout et que des imbéciles auraient un accrochage juste à l’entrée du pont Champlain! Heureusement, on avait prévu deux heures pour se rendre. Nous sommes des habitués maintenant! On sait qu’à Ste-Justine, il faut arriver avant 7h pour être sur d’avoir du stationnement et, si notre rendez-vous est plus tard dans la journée, il faut se donner une demi-heure d’attente pour entrer dans le dit-stationnement. Finalement, à part le bouchon près de Ste-Julie et le bouchon sur le pont, tout s’est bien passé! Nous avons eu le temps de déjeuner à Montréal et nous sommes arrivés 20 minutes à l’avance. À ce moment-là, ce fut un peu plus long, mais… comparativement aux dernières fois, le médecin n’avait qu’une heure de retard.

Le fameux rendez-vous… autant nous attendons longtemps pour voir le doc, autant nous ne sommes pas longtemps dans son bureau. Habituellement, il y a toujours l’infirmière de neurochirurgie avec lui. Aujourd’hui, il y avait aussi 4 externes en médecine. Ça faisait du monde dans ce petit bureau! Le médecin nous a demandé de lui faire un résumé de ce que l’urologue nous avait dit la dernière fois. Ce que j’ai fait. Le neurochirurgien nous a aussi confirmé ce que l’urologue nous avait dit. On attend. Pas de chirurgie pour le moment. Les problèmes que l’urologue décèle son directement liés au Spina bifida. Autant la chirurgie pourrait régler ces problèmes, autant elle pourrait les aggraver. Donc, statuquo.

Pour la bosse, un moment donné l’équipe de chirurgie plastie pourra faire quelque chose, mais pour le moment il faut attendre. Compte tenu que Bébé Fille grandit et grossit beaucoup (comme tous les enfants dans leur première année de vie), ça ne sert à rien d’opérer tout de suite, car ça pourrait revenir. Mais il m’a rassuré lorsqu’il a dit que les chirurgiens pourraient en enlever beaucoup, que ce serait beaucoup moins apparent.

Bref, je m’étais fait des peurs pour rien. Pour le moment tout va bien. On doit revoir la clinique de Spina bifida dans un mois. Une autre échographie est prévue pour les reins de Bébé Fille. Si la dilatation au niveau des deux reins est toujours stable, on devrait pouvoir cesser les antibiotiques. Ça serait tellement bien! Ensuite, on verra quand l’équipe veut revoir notre bébé. On continue de prendre ça un jour à la fois.

Défi lecture, ça va de mal en pis

Voilà déjà trois mois que j’ai pris la décision d’entreprendre un autre défi lecture. Il est temps de faire un compte rendu…

C’est tout simplement… impossible à faire!! Je n’arrive même pas à ouvrir un livre! Je n’ai pas lu une seule page depuis que j’ai dis que je voulais lire plusieurs chapitres de mon roman. J’ai même essayé en débuter un autre en pensant que c’était peut-être juste le mauvais livre que je tentais de lire. Mais il n’y a rien à faire. Je n’ai pas envie de lire. Je n’ai pas envie d’acheter de nouveaux romans. Je n’ai pas envie d’ouvrir une page. Je n’essais même pas. Je n’ouvre pas de livre. Je laisse trainer mon roman en me disant que ça bien finir par revenir. Probablement quand je vais dormir plus de deux heures consécutives la nuit, l’intérêt pour la lecture va revenir!

Pour le moment, je ne crois pas que je vais réussir mon défi. Mais on ne sait jamais. Quand je vais recommencer à lire, il est fort possible que je plonge dedans comme jamais. L’an dernier, je lisais parfois de deux à trois livres en une semaine…

Rien n’est encore perdu!

Où en êtes-vous dans votre défi?