Nous avons lu “Ma mère, c’est la plus forte” écrit par Cynthia Durand

Quand j’étais enceinte de mon fils, Princesse avait 3 ans. Plus ma grossesse avançait, plus elle me posait des questions. J’avais droit aux habituelles questions d’une future grande sœur : “Comment bébé est arrivé dans ton ventre ?” ; “Comment est-ce qu’il va sortir ?” ; “Par où il va sortir ?” ; “Comment le lait va arriver dans tes seins”. Le moyen que j’ai trouvé pour m’aider à lui répondre a été de lui acheter un livre. De cette façon, j’ai réussi à lui parler de ce qui se passait pendant la grossesse, les changements que mon corps allait vivre, du déroulement de l’hospitalisation et du après. Par contre, je ne me souviens pas lui avoir parlé de l’accouchement en tant que tel. Les livres pour enfants, à ma connaissance (peut-être que je me trompe, aussi !), abordent très peu le sujet. Pourtant, comme le dit l’auteure Cynthia Durant “accoucher est une fonction naturelle de notre corps qui nécessite du respect, de l’écoute de soi et de l’abandon”. Les enfants ont besoin de savoir ce qui se passe afin de diminuer leur stress. L’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur peut être une grande source de stress pour nos enfants. Nous nous préparons en tant que parents, pourquoi ne pas les préparer eux aussi ?

Ma mère c'est la plus forte une histoire sur la naissance Cynthia Durand Pomme Cerise

Il y a quelques temps déjà, Cynthia Durand m’a contacté pour me proposer de lire son livre “Ma mère, c’est la plus forte – une histoire sur la naissance”. C’est un livre jeunesse qu’elle a écrit lors de sa deuxième grossesse. N’ayant pas trouvé de livre qui explique l’accouchement pour les enfants, elle a décidé de le concevoir elle-même. Ce livre autoédité s’adresse aux enfants dont la mère est enceinte, les enfants en général et les couples qui préparent une naissance. Ma mère, c’est la plus forte raconte l’histoire de l’accouchement à la maison en mots et images.

Je ne crois pas que tout le monde soit à l’aise de parler “accouchement” avec ses enfants. Le livre “Ma mère, c’est la plus forte” permet de le faire. Cynthia Durand a su trouver les bons mots et de belles métaphores pour expliquer les étapes de l’accouchement. Au fil de ma lecture, j’ai été charmée par les dessins de l’illustratrice Andréann Larouche. Le texte, les dessins… tout représente la beauté et la douceur. Je n’ai pas pu m’empêcher de dire un petit… “ohhh que c’est cute” !

“Maman est comme un voilier qui affronte de grosses vagues sur l’océan. Elle va bouger et respirer au rythme de son accouchement. – Cynthia Durand “Ma mère, c’est la plus forte”

Ma mère c'est la plus forte une histoire sur la naissance Cynthia Durand extrait du livew

Je dois être honnête. La première fois que j’ai entendu parler de ce livre, je ne m’y suis pas attardé. En tant qu’infirmière en périnatalité, je comprends que l’on puisse désirer accoucher à la maison, de façon naturelle sans intervention médicale. Par contre, je vois des complications à tous les jours ou presque. J’ai donc, comme bien des professionnels de la santé, tendance à voir les problèmes potentiels quand on me parle d’accoucher à la maison. Mais le livre “Ma mère, c’est la plus forte” ne parle pas juste d’accouchement à la maison. Il y raconte l’accouchement dont on rêve toutes. Qui n’a pas rêver de vivre un accouchement tout en douceur, accompagnée des bonnes personnes. Qui n’a pas rêver d’apprivoisé les douleurs avec sérénité ? Je crois que c’est aussi possible de vivre un tel accouchement à l’hôpital quand les conditions le permettent. Le livre peut aussi aider à établir la discussion sur l’accouchement que l’on désire. Aussi, pourquoi ne pas en profiter pour expliquer à notre enfant comment s’est déroulé sa naissance ? Qu’est-ce qui était semblable ou différent ? Il ne faut pas s’attarder qu’à l’histoire. Les enfants aiment tellement en apprendre sur leur période “bébé” ! J’ai été charmée par le livre. C’est exactement le livre que j’aurais voulu avoir à l’époque pour le lire avec Princesse et répondre à ses questions.

Ma mère c'est la plus forte une histoire sur la naissance Cynthia Durand image

Ma mère, c’est la plus forte est un beau livre jeunesse à offrir ou s’offrir. C’est une belle façon de parler d’accouchement avec nos enfants. Il est possible de se procurer le livre en le commandant chez votre libraire indépendant ou encore en cliquant ici.

Décharge: J’ai reçu gratuitement le livre “Ma mère, c’est la plus forte” de la part de l’auteure. Les opinions exprimées sont honnêtes et m’appartiennent.

Mon bébé a un Spina Bifida et j’ai pris de l’acide folique

Lorsque je dis aux gens que ma fille est atteinte de spina bifida, beaucoup de gens me demandent si j’ai pris de l’acide folique. D’autres ne disent rien, mais leur non-verbal parle pour beaucoup. Je leur réponds alors que OUI, j’ai pris de l’acide folique. Plusieurs mois, même,  avant de devenir enceinte. En fait, dès que j’ai pris la décision de faire retirer mon stérilet, je suis allée me chercher une bouteille de suppléments. En parlant avec les gens de mon bébé, je me suis rendu compte qu’il y en a beaucoup qui ne savent pas l’importance de prendre de l’acide folique. Même des gens dans le domaine de la santé! Les gens me demandent ce qu’est le spina bifida. . Le spina bifida est une malformation du tube neurale. Quessé-ça, me diront certains.

bébé marche

Essayons de faire ça simple. Le tube neural est la partie de l’embryon qui va former le cerveau et la moelle épinière. Les anomalies surviennent lorsque le tube neural ne se referme pas complètement au cours du premier trimestre. Selon Santé Canada,  environ 260 bébés/année naissent  (au Canada) avec une malformation du tube neural. Une des malformations les plus répandues est le spina bifida. Les conséquences du spina bifida sont très variées. Les séquelles peuvent être légères ou très importantes. Souvent, les enfants auront besoin d’une chirurgie. Il peut y avoir des handicaps physiques et des déficiences intellectuelles. . Les effets les plus répandus sont la mobilité réduite des jambes, accompagnée (ou non) d’un mauvais fonctionnement de l’intestin et/ou de la vessie. Dans le cas de Bébé Fille, ses membres inférieurs, ses intestins et sa vessie fonctionnent bien pour le moment. Tout peut changer avec les poussées de croissance de l’enfant. Disons qu’on croise les doigts pour que tout se passe bien pour notre fille. Heureusement, elle est bien suivie par l’équipe de l’Hôpital Ste-Justine.

L’acide folique est une vitamine du groupe B. C’est une vitamine essentielle pour assurer le développement normal de la colonne vertébrale lors des premières semaines de grossesse. Des études ont démontré que la prise quotidienne d’un supplément d’acide folique au moins 3 mois avant la conception et au début de la grossesse aide à réduire les risques. Pour la majorité des femmes, 1 mg d’acide folique est suffisant. Le manque d’acide folique n’est pas responsable à lui seul des malformations du tube neural, mais aide grandement à diminuer les risques.

Si je vous parle de tout ça, c’est parce qu’on en parle pas suffisamment. Moi-même, je ne croyais pas que je pouvais avoir un bébé atteint de cette malformation. Je savais qu’il fallait prendre mon acide folique tous les matins. Malheureusement, je fais partie de celles qui avaient d’autres facteurs de risques. C’est lorsque j’ai eu le diagnostic à 20 semaines de grossesse que j’ai su qu’il y avait des “cas” dans la famille. C’est à ce moment-là que les tantes ont parlé. J’ai su que la petite cousine de ma mère en était décédée très jeune. Qu’une autre petite cousine avait été opérée à l’âge de 10 ans. SI je l’avais su à cette époque, j’aurais pris une dose plus importante d’acide folique. Peut-être qu’alors… Bébé Fille aurait été épargnée. Mais ça, on ne le saura jamais.

L’Association de Spina-Bifida et d’hydrocéphalie du Québec est présentement en campagne de financement. L’ASBHQ veut sensibiliser les  jeunes femmes du Québec de l’importance de prendre de l’acide folique quotidiennement dès qu’elles envisagent d’avoir un bébé. L’Association fait de la prévention et soutient les familles qui reçoivent un diagnostic de malformation du tube neural.

pub-facebook

Crédit : http://asbhq.wordpress.com/

Pour faire un don en ligne, cliquez ici : https://www.canadahelps.org/fr/giv3/6449.  Merci de la part de toutes les familles vivant avec cette malformation! Nous adorons Bébé Fille, mais ne souhaitons à personne de vivre avec cette malformation. Il n’y a pas une journée où je ne me demande pas ce que j’aurais pu faire pour éviter cette situation. Nous sommes chanceux dans notre malchance. Bébé Fille n’a pas d’hydrocéphalie ni de déficience intellectuelle. À 2 ans, elle n’a toujours pas été opérée. Mais, elle vit avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Du jour au lendemain, tout peut changer. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de faire un don à l’association de Spina Bifida et d’hydrocéphalie du Québec. Merci au nom de notre fille et tous les gens atteints de Spina Bifida!

Pour plus d’information, vous pouvez consulter les sites suivants :

Avertissement : L’acide folique prise en plus grande quantité n’est pas toxique pour la plupart des femmes, mais dans certains cas cela peut cacher certaines pathologies et créer plus de dommages. Donc, avant de prendre une dose plus élevée d’acide folique, il est recommandé d’en discuter avec votre médecin.

Les essentiels d’une nouvelle maman #mamanpg

mamanpg01

Je le dis et le répète depuis maintenant deux ans que je suis fatiguée et brulée. Même si je ne le disais pas et ne m’en plaignais jamais, tout le monde le saurait quand même. Il suffit de me regarder. J’ai tout de la nouvelle maman épuisée.  Je perds mes cheveux en quantité industrielle. J’ai l’air d’être allée me faire faire une coupe dégradée, mais en vérité, c’est le résultat de deux grossesses rapprochées. Un mélange de cheveux qui repoussent au travers des vieux cheveux longs! Mon teint est terne. Il arrive que j’aie une poussée de boutons d’acnés en raison des hormones en montagne russe! Ma peau est sèche. J’ai l’impression de craquée de partout sans oublier les cernes de trois pieds sous mes yeux! Bref, je me sens à mon meilleur. #not

Le pire est que ça m’importe peu. Je n’ai pas l’énergie pour me préoccuper de tout ça. Heureusement que cela a de l’importance pour l’équipe des mamans P&G! Au début de l’automne, quand j’ai reçu mon colis, j’ai eu l’impression que P&G a su ce dont j’avais besoin à ce moment précis! J’ai reçu un kit à essayer de Olay. Dans mon colis, il y avait le nettoyant exfoliant Fresh effects de Olay ainsi que le gel hydratante Fresh effects de Olay. Il y avait aussi cache-cerne, font de teint, crème BB et Cie. Bref, tout ce dont une nouvelle maman en postpartum a besoin pour avoir donner l’impression d’être en forme.

mamanpg05

Sincèrement, quand il est question produits de beauté, je suis complètement nulle. Je n’aurais pas la prétention de vous dire ce que vous devez utiliser quand, où et comment. Je me dois de suivre le mode d’emploi sur la petite bouteille. Par contre, je suis parfaitement consciente qu’il faudrait que je prenne un peu plus soin de moi. J’ai donc commencé à utiliser les deux produits de Olay, Fresh Effects. Le slogan du produit est : “Une bonne nuit de sommeil sans dormir”. Bon, sur le site web, ils semblent plutôt s’adresser aux jeunes femmes qui aiment sortir et avoir du plaisir. Dans mon cas, on est loin, mais vraiment loin de cette réalité. Par contre, l’idée de se sentir fraiche et dispose, après une nuit merdique à cajoler bébé, est tout simplement géniale! Soyez honnêtes! Vous aussi, vous aimeriez ça! Et c’est possible! Oh que oui! Le parfum de mandarine et thé vert est vivifiant! Un vrai coup de fouet le matin! Ça sent bon, vraiment bon!!

Selon ce qui est affiché sur le produit, celui-ci n’assèche pas la peau et ne contient pas d’huile. Depuis que je l’utilise, je n’ai pas fait de boutons d’acné. Il est certain que j’ai maintenant accouché, donc moins d’hormone. Aussi, ma peau est plus sèche qu’elle ne l’était pendant la grossesse, et l’air froid qui a fait son apparition n’a pas aider à ma cause. Le savon exfoliant ne semble pas amplifier sa sècheresse. Et, je suis persuadée que j’ai vu une différence sur les points noirs et ce, dès la 1ere semaine! Le gel hydratant est nécessaire ces temps-ci. Dès son application, je sens la différence. La peau de mon visage est moins tendue et me semble beaucoup plus douce. J’aime beaucoup ces produits.

mamanpg02

Et vous, mamans en postpartum, quels sont vos trucs pour ne pas avoir l’air épuisé??

Il y a quelques mois, j’avais aussi reçu les lingettes démaquillantes de Olay Fresh Effects. Malheureusement, je n’ai pu les tester. De un, je ne me maquille pas assez souvent. Et de deux, Princesse se les soit approprié assez rapidement! Ça doit être efficace, car elle m’a demandé d’en racheter! Eh oui, Princesse se maquille! Un peu de mascara et de gloss à l’occasion. À 12 ans, on est déjà rendu là! Mais ça, c’est une autre histoire…

Déclaration : Je suis une maman P&G. Dans le cadre de mon association à ce groupe, je reçois des produits et profite d’un accès privilégié à des évènements et à des offres de P&G. Les opinions que je partage sur ce blogue sont mes propres opinions.

“Profites-en, ça passe vite!”

2bb

“Profites-en, ça passe vite!”  est surement LA phrase que tout parent digne de ce nom a entendu un million de fois dans sa vie. Honnêtement, je dois même avouer l’avoir dite à quelques reprises, à quelques nouveaux parents. J’ai toujours eu conscience qu’effectivement, lorsqu’un bébé fait son entrée dans notre vie, tout va vite… mais tellement vite, que ça en est essoufflant. Mais je crois que je n’avais jamais vraiment pris le temps d’en profiter. Je crois même que je n’avais jamais compris ce que c’était que d’en profiter pleinement. Du moins, jusqu’à l’arrivée de la petite dernière.

Bébé no 4 (va falloir lui trouver un surnom, mais je manque d’idée. Des suggestions?) est arrivée le 15 du mois dernier. Elle est avec nous depuis un peu plus d’un mois, maintenant et je capote! Littéralement! Elle grandit trop vite! Le temps s’écoule trop rapidement. Je vois ses traits changés de jour en jour et je voudrais mettre le temps sur pause. Il m’est arrivé de la regarder dormir et d’avoir les larmes aux yeux. J’ai pleinement conscience que le temps s’écoule à une vitesse folle.

J’ai aussi conscience que ce sera la dernière. Qu’il n’y aura plus d’autres petits bébés qui se glisseront le nez dans mon cou. Je tente d’absorber tous les souvenirs possibles, mais je sais qu’il est impossible de se souvenir de tout. Je voudrais imprégner dans ma mémoire chacune de ses expressions, son odeur et la sensation de sa peau sous mes doigts. J’aimerais immortaliser le petit sourire que je perçois lorsqu’elle dort ou que je la prends. Je voudrais me souvenir de la façon dont elle réagit lorsqu’elle entend ma voix. Me souvenir de sa façon de se positionner pour prendre le sein. Je voudrais avoir le temps de la bercer des heures entières…

Mais, autant je voudrais passer tout mon temps avec cette petite fille, autant je ne veux pas manquer un seul instant de Bébé Fille. À presque deux ans, ma fille évolue à vitesse grand V. Je me sens déchirer entre chacun de mes enfants. En ce moment, ils ont tous besoin de moi à leur façon et je n’arrive pas à trouver le temps nécessaire pour chacun d’eux. Bébé Fille me fait comprendre qu’elle est encore un bébé qui a besoin de savoir qu’elle a toujours sa place dans mon cœur, que sa petite sœur ne lui enlèvera pas sa maman. Il n’est pas toujours facile de concilier un terrible two et un allaitement…

Il y a aussi Princesse qui tente de s’adapter au secondaire. Ce n’est pas facile de passer du primaire au programme régulier à un programme international. Les devoirs et leçons ne sont pas toujours une partie de plaisir quand on fait face à une adolescente qui doute d’elle-même en permanence. Je voudrais lui enlever tout le poids qu’elle se met elle-même sur les épaules, mais je ne peux pas tout faire. Elle doit faire ses apprentissages…

Mon grand de neuf ans, lui… tente de trouver sa place parmi ses trois sœurs. Pas toujours facile. Jusqu’à l’arrivée de Bébé Fille, il était le petit garçon à maman qui ne disait jamais un mot plus haut que l’autre. Maintenant qu’il arrive dans la préadolescence, il doit apprendre qu’on ne parle pas de la même façon à sa mère qu’à ses amis… pas toujours facile.

Et moi dans tout ça, je dois apprendre à accepter le fait que je ne peux pas me diviser en 4. Je dois apprendre à être une maman de plusieurs enfants et ce n’est pas toujours facile. Je voudrais tellement être la maman que j’ai rêvée d’être, mais c’est loin d’être facile à tous les jours!

Quand je les vois tous les 4 ensembles. Quand les plus grands jouent spontanément avec la plus jeune et qu’il s’en occupe sans que je ne le demande. Quand je les vois éclater de rire ensemble ou quand ils sont tous entassés sur mon petit divan… j’ai une bouffée d’amour indescriptible qui me tort le ventre. Je sais alors que j’ai fait la plus belle chose au monde! Etre la maman de ses 4 enfants là, c’est merveilleux!

Quoi mettre dans sa valise de future maman et de celle de bébé #mamanpg

Cette semaine, je me suis donné un coup de pied afin de commencer à préparer ma valise. Je crois bien que je n’ai jamais été aussi peu préparée à l’arrivée de bébé que pour cette grossesse-ci. Un peu partout, on nous fournit mille et une listes de trucs à avoir avec soi. Pour mes grossesse, bien que je ne sois pas suivi à la même place), je n’ai pas eu accès à ces listes. Je me fis donc à mon expérience personnelle et professionnelle. J’ai eu le gout de partager avec vous mes suggestions.

La valise de Bébé :

  • Un paquet de couches Pampers Swaddlers en taille  New Born ou 1 : Pourquoi cette marque? Parce que je ne jure que par elle pour tous mes enfants. Elles sont douces, de bonnes tailles pour les nouveaux-nés et que c’est une marque qui a fait ses preuves.
  • Des vêtements pour la durée du séjour : pour la quantité, c’est à votre discrétion, des pyjamas, cache-couche ou non, petits bas, etc.  Il ne faut pas oublier qu’on est là que pour deux jours… trois si on a une césarienne. Il n’est pas nécessaire d’avoir la garde-robe entière de bébé. Si on allaite, bébé est souvent en couche seulement…
  • Une ou deux petites couvertures douces. Bien que l’hôpital en fourni, reste que les nôtres sont beaucoup plus douces!
  • Un ou deux chapeaux: il n’est pas toujours facile de contrôler la température de la chambre d’hôpital.
  • Un ensemble de sortie, ce qui inclus pyjamas, vêtements chauds, mitaines, chapeau, etc.
  • Des petites mitaines pour prévenir les égratignures au visage.
  • Un siège d’auto : svp, prenez le temps de vérifier la date de péremption si vous l’emprunter. Et, assurez-vous d’ajuster les sangles avant de vous pointer à l’hôpital. Les infirmières vont vérifier que bébé soit bien attaché, mais elles ne feront pas tout le travail pour vous!

La valise de maman :

  • Au moins deux pyjamas confortables.
  • Plusieurs petites culottes : oubliez vos plus belles, les strings et les brésiliennes à la maison. N’apportez que celles qui sont confortables et qui risque de terminer dans les poubelles au bout de quelques jours.
  • Trousse d’hygiène personnelle : shampoing, savon doux, brosse à dents, dentifrice, déodorant, brosse à cheveux, élastiques, séchoir, etc. Personnellement, j’ai même ajouté un shampoing sec de herbal essence, car on ne sait jamais si on aura l’autorisation de sauter dans la douche rapidement surtout si ça se termine en césarienne.
  • Vêtements pour la sortie. Des vêtements de maternité feront l’affaire. C’est sur à 99,9% que vous ne rentrerez pas dans vos vêtements d’avant la grossesse. Laissez-vous un peu de temps!
  • Une paire de pantoufles ou sandales. Marcher pieds nus sur un plancher d’hôpital, c’est… bof…
  • Une paire de bas chauds.
  • Votre oreiller, coussin d’allaitement, couvertures. A votre discrétion.
  • L’appareil photo!
  • Votre chargeur pour cellulaire, mais faites attention de ne pas le laisser à l’hôpital quand vous quitterez. Ça arrive sans arrêt!
  • Pour l’accouchement : cd de musique si vous le désirez. Personnellement, pendant que j’accouche, je me balance de ce qui se passe autour. Tout va trop vite!
  • Crème pour les mamelons à base de lanoline si vous désirez allaiter. Un essentiel, d’après-moi!
  • De bons soutiens-gorges d’allaitement.
  • Un cahier, crayons si désirez. Une belle façon de conserver des souvenirs.
  • Magazine, livres, sudoku… n’importe quoi pour passer un peu de temps si bébé dort et que vous n’arrivez pas à dormir.
  • Des vêtements pour le papa. Ne pas oublier un pyjama. Même si les infirmières en voient tous les jours, elles n’ont pas besoin de voir le papa en sous-vêtements!
  • Des collations. Quand on allaite, on a toujours faim!
  • Un sac pour les vêtements sales.

Ne pas oubliez que vous êtes à l’hôpital entre deux et 4 jours. Pas besoin d’avoir 4 valises! Les chambres sont petites, même celles qui sont privées! Si en plus, le papa a l’intention de revenir à la maison pendant le séjour, il peut rapporter les trucs non-essentiel.

Peut-être que j’en oublie… Que mettez-vous dans votre valise et celle de bébé?

Déclaration : Je suis une maman P&G. Dans le cadre de mon association à ce groupe, je reçois des produits et profite d’un accès privilégié à des évènements et à des offres de P&G. Les opinions que je partage sur ce blogue sont mes propres opinions.