Spina bifida: C’est le jour de la chirugie.

Bébé Fille dort dans son lit, beaucoup trop grand pour elle. Elle me semble tellement pâle dans sa robe de nuit jaune hôpital. Quand elle dort, je voudrais la prendre dans mes bras pour lui dire que tout va bien aller. Et quand elle est réveillée, j’attends juste qu’elle soit endormi par sa morphine. Mon bébé souffre et j’en veux à la vie de lui faire subir tout ça. Si elle était comme les autres enfants, elle n’aurait pas à hurler que son dos
lui fait « bobo ». Elle n’aurait pas à demeurer coucher sur le ventre pendant deux jours, la tête vers le bas.

image

Hier, j’ai dû réveiller ma petite fille de 3 ans vers 4h30 du matin pour l’amener à l’hôpital. Elle a fait ça comme une grande. En la réveillant, je lui ai dit « Bébé Fille, c’est l’heure d’aller à l’hôpital. Veux-tu venir dans mes bras? » Elle m’a tendu les bras et est descendu avec moi. Elle a mis son manteau sans argumenter comme à son habitude. Dans la voiture, elle nous a jacasser ça comme si nous allions en vacances. La seule façon de deviner qu’elle était un peu nerveuse, c’est qu’elle avait quelques crampes abdominales à l’occasion. Elle m’a demandé à quelques reprises si elle aurait des piqures. Ne voulant pas lui mentir, nous lui avons dit oui. Je crois que c’est ce qui l’angoissait le plus. Mais allez savoir ce qui se passe dans la tête d’une petite fille de 3 ans. Qu’est ce qu’elle comprenait de nos explications? Nous avons essayé de la préparer, mais comment prépare-t-on réellement un enfant à quelque chose qui est inconnu ou abstrait? Moi même, je ne savais pas à quoi m’attendre.

Nous étions attendu à l’hôpital pour enfant pour 6h30. J’ai anticipé beaucoup de choses. Le lever de Bébé Fille, son départ de la maison sans avoir le droit de manger, l’attente pour la chirurgie alors qu’elle serait à jeun depuis des heures. Encore, une fois, elle nous a tellement rendu fiers. Pas de crise au levé, pas de crise dans la voiture, ni même à l’hôpital. Elle était un peu grognonne lorsque nous attendions dans sa chambre, mais je crois que c’est la faim qui parlait et son angoisse des piqures.

image

Vers 8h30, on nous a amené dans la salle d’attente de la salle d’opération. Nous étions trois familles avec nos jeunes enfants. Nous y avons rencontré l’anesthésiste et l’infirmière qui s’occuperaient de notre fille. Tout le monde a été très rassurants. Le moment le plus difficile a été quand un infirmier est venu  chercher ma fille. Il a commencé par l’amuser avec un petit tour de passe-passe. Bébé Fille lui a alors spontanément tendu les bras lorsqu’il lui a demandé de l’accompagner.

C’est épouvantable de voir partir son enfant dans les bras d’un inconnu alors qu’on ignore comment vont se dérouler les prochaines heures. Une chance, elle n’a pas pleuré ni hurler. Elle ne m’a même pas regarder quand elle est partie… Tellement petite et tellement grande. Il n’y a pas une minute où elle ne nous donne pas de raison d’être fiers d’elle.

Publicités

8 réflexions sur “Spina bifida: C’est le jour de la chirugie.

  1. Nathalie dit :

    De tout cœur avec vous dans cette difficile épreuve. Votre témoignage est bouleversant, on ressent toute l’angoisse d’une maman derrière chacun de vos mots. Votre petite est bien courageuse…

    J'aime

  2. mamandanslezef dit :

    Ton article est poignant. Comme ne pas être touchée par votre situation. On aimerait tant que tout soit rose. Et comme tu le dis si bien la vie décide pour nous tout autre chose. Bon courage dans cette épreuve.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s