Vivre dans les boites

boites

En mars, nous avons entrepris les démarches pour faire construire notre maison de rêve. Depuis près de deux ans, mon amoureux et moi avions des plans en tête. C’est donc avec ceux-ci que nous nous sommes présenté chez le contracteur. Après quelques rendez-vous ici et là, tout ce concrétisait. Nous allions avoir une maison ensemble telle que nous le désirions! Depuis tout semble avoir déboulé! C’est fou!

Avril est arrivée et ce fut les rencontres pour le choix des matériaux, de la cuisine, des armoires, des planchers, de la peinture, etc. Je n’aurais jamais imaginé qu’il y avait autant de choix à faire! À l’époque, j’étais en vacances tout le mois et heureusement! Je ne sais pas comment j’aurais pu combiner tous ces rendez-vous avec mon temps complet! On a aussi pris la décision de louer la maison actuelle. Des annonces ont été placées. Ce sont alors ajouté des visites et des téléphones à gérer.

Ensuite, mai s’est présenté beaucoup plus rapidement que je ne l’aurais cru. J’ai commencé mes boites en même temps que la bedaine se pointa le bout du nez. Sincèrement, je ne me souviens pas trop de ce moment de grossesse. J’avais beaucoup trop de choses en tête! Toutes mes journées de congé avaient pour but de planifier notre déménagement. J’avais pour objectif de ne déménager que ce que nous voulions vraiment avoir. Tous les trucs inutiles devaient prendre la direction de la poubelle ou du bac de recyclage ou encore, des boites clairement identifiées “pour vente de garage”. Je faisais des boites ici et là, et j’avais vraiment l’impression que tout se faisait bien. Après quelques visites. la maison a fini par se louer. Il a alors fallu commencer à planifier les rénos qui devaient être fait avant l’arrivée des futurs locataires. Certains jours, on avait l’impression que ce serait facile et d’autres… j’avais l’impression qu’on n’y arriverait jamais!

Juin est enfin arrivé. Beaucoup trop vite, encore une fois! On arrivait plus à profiter du moment présent. Tout allait trop vite! On nous a aussi annoncé que nous aurions la maison deux semaines plus tôt que prévue. Il fallait donc bouquer l’aide que tous et chacun nous avait promis. Il fallait valider la location de la remorque, faire les changements d’adresse, l’hydro, les assurances, téléphones, etc. Les suivis de grossesse se glissaient entre deux obligations et le travail. Bien entendu, les rénovations de la maison locative prenaient du retard. Il m’arrivait de me réveiller en pleine nuit et de ne plus être capable de me rendormir en raison du stress. J’étais persuadée qu’on n’y arriverait pas. Je voulais que notre déménagement soit parfait! Je voulais que toutes les boites soient faites et que tout soit impeccable. Avec le recul, je me rends compte que je me suis peut-être mis trop de pression sur les épaules. C’est donc le 28 juin que nous avons emménagé dans la nouvelle maison. C’est un peu à ce moment que j’ai aussi pris conscience de ma bedaine et que je ne pouvais plus forcer sur les boites. J’ai dû passer la journée à me sentir inutile pendant que nos amis et famille forçaient sur les boites et les meubles.

On avait à peine eu le temps de commencer à déballer une boite que le mois de juillet est venu nous narguer. Il ne nous restait qu’un mois pour entreprendre et finir les rénos de l’autre maison. Les nouveaux locataires ferraient leur entrée le 31 juillet. Mais ça… ce sera une autre histoire…

Publicités

Une réflexion sur “Vivre dans les boites

  1. unemamanraconte dit :

    Oufff! C’est essoufflant ! Je ne sais pas comment tu as tenu le coup…avec tes trois enfants et ta grossesse. C’est sur que dans l’action on a moins le temps de s’attarder à nos petits maux!:)

    J'aime

Les commentaires sont fermés.