Jeudi Confession (2)

stock-photo-10249858-breast-feeding-a-baby-in-dandelion

Nous sommes jeudi, c’est l’heure d’une confession. Comme vous le savez, je suis infirmière en périnatalité. J’enseigne aux nouvelles mamans comment nourrir leur bébé. Que ce soit au sein ou au biberon. Quand une maman veut vraiment allaiter, je vais me donner pour lui venir en aide, que ce soit facile ou non. Si une maman ne veut rien savoir de l’allaitement, je vais lui fournir l’information nécessaire sur les biberons et préparations commerciales. Quand je travaille en néonatalogie avec les prématurés, on explique aux parents qu’il n’y a pas de problème à faire l’allaitement mixte. Qu’ils peuvent très bien donner du lait maternel au sein ou au biberon et, qu’ils peuvent même donner du lait commercial au besoin.

Personnellement, j’allaite ma fille. J’ai allaité 3 mois ma première. J’ai dû arrêter l’allaitement parce que je reprenais mes cours à l’université. Mon deuxième, j’ai fait l’allaitement exclusif pendant 9 mois et mixte les deux mois suivants. Cette fois-ci, j’espère allaiter 12 mois… Mais allez savoir pourquoi, j’ai un blocage. Quand j’allaite, je suis incapable de donner de préparation commerciale! Je vais m’acharner pour exprimer le plus de lait possible dans le cas où je dois sortir. Je vais m’obstiner à me lever la nuit même si je suis complètement brulée afin de ne pas donner de préparation. Je ne crois pas que le lait maternisé soit “mauvais”, au contraire. Alors pourquoi je n’arrive pas à en donner à mon bébé au besoin? Je ne sais pas! J’suis tout simplement incapable d’en offrir ou d’accepter que quelqu’un d’autre en donne à mon enfant! Pourtant, je ne suis pas contre l’allaitement mixte. Au contraire! Je ne crois pas être une de ces pro-allaitement anti-biberon…

Une réflexion sur “Jeudi Confession (2)

  1. Judith dit :

    Peut-être simplement une question de valeur? Avec tes patientes, tu respectes leurs valeurs (ce qui est tellement admirable dans notre système de santé!), et pour toi, c’est peut-être l’allaitement exclusif à tout prix? Même si tu sais que les préparations sont bonnes et que l’allaitement exclusif peut parfois être épuisant. Loin de moi l’idée de porter un jugement, car j’ai allaité mon fils exclusivement durant 15 mois. Des fois, on se met nous-même tellement de pression.🙂

    J'aime

Les commentaires sont fermés.