Se sentir coupable que son enfant soit différent

Quand on apprend que l’on est enceinte, l’inquiétude et la culpabilité font leur apparition. Que ce soit le premier ou le deuxième ou même le troisième… on fait face à ces sentiments. Du moins, ce fut le cas pour moi. Quand j’ai appris que ma fille avait probablement un spina bifida, j’ai commencé à me sentir coupable. Et si, c’était de ma faute? Je n’ai pas assez manger de légumes ou de fruits? Peut-être que j’ai été exposée à quelque chose de dangereux? Peut-être que je n’ai pas pris mon acide folique assez longtemps avant de tomber enceinte? J’ai de mauvais gènes?

Bref, je me suis questionnée… beaucoup. J’ai essayé de trouver des raisons pour laquelle ma fille avait un problème. Après quelque mois, j’ai fini par réaliser que je cherchais des causes au problème. Mais, peut-être que je ne saurais jamais la cause véritable de ces malformations.

Quand Bébé Fille a fait son infection urinaire, j’ai encore une fois chercher des causes. Est-ce parce que j’avais demandé à ce que les antibiotiques (donnée en prévention) soient cessées? Pourtant, les effets secondaire étaient trop importants… mais j’ai culpabilisée quand même! Il a fallut que j’apprenne que la bactérie responsable de l’infection était résistante à l’antibio que ma fille recevait pour que je déculpabilise.

Quand elle pleure, j’ai peur qu’elle ait une nouvelle infection. J’ai peur que ce soit de ma faute. J’ai peur de ne pas voir qu’elle est malade. J’ai peur qu’elle ait mal à cause de son état. J’ai peur pour son futur. J’ai peur qu’elle soit victime d’intimidation, un jour, à cause de sa différence.

Si je la trouve un peu chaude, je sors le thermomètre. J’ai peur de passer à côté d’une nouvelle infection. Je la touche sans arrêt. Je ne veux pas lui faire vivre une autre hospitalisation.

J’ai peur de l’opération future qu’elle aura. J’ai peur… pour tout.

Du point de vu santé, je ne me suis jamais inquiété pour les deux plus vieux. Le nombre de fois où j’ai eu à consulter pour eux, se compte sur les doigts d’une seule main. Je me suis toujours compté chanceuse qu’ils ne soient jamais malades. Pour Bébé Fille, c’est une histoire différente. Et, je vais devoir apprendre à me calmer… sinon, les 30 prochaines années seront longues, très longues!

Publicités

2 réflexions sur “Se sentir coupable que son enfant soit différent

  1. cleophis dit :

    C’est sûr que ta grossesse a été assez angoissante, il faut le temps que tu digères tout ça. 🙂

    J'aime

Les commentaires sont fermés.