Sevrage

Depuis deux jours, je ne prends plus d’antidépresseurs. J’ai commencé mon sevrage au mois de mai. Trois long mois pour diminuer tranquillement ma dose afin de la cesser avant l’arrivée de bébé. Au début, j’ai eu peur de diminuer. J’avais peur de ne plus la prendre et de redevenir comme avant. Mais le premier mois c’est très bien déroulé. Quand est venu le temps de diminuer à nouveau, j’avais la nouvelle concernant la petite puce à venir. Mon médecin m’a alors suggéré d’attendre un moment, mais quand ma prescription fut terminé, je n’ai pas eu le choix de diminuer à nouveau, car mon médecin ne m’avait pas remis de nouvelle ordonnance. Je me sentais forte. J’ai osé me lancer! ¨Ca bien été! J’ai même été surprise! Je me suis senti bien et sereine avec moi-même.

Depuis deux jours, c’est autre chose. Je suis impatiente. Les larmes me montent aux yeux sans raison ou presque. Je me sens agressive. J’suis à boutte de tout! Je ne sais plus si c’est le manque de pilule ou la fatigue ou la grossesse ou tout ça en même temps! Mon chum m’a fait remarquer que cela fait 4 semaines que j’ai les enfants à la maison, que je passe tout mon temps avec eux. Qu’il serait temps que je prenne du temps pour moi. Il a probablement raison. Mais, je n’ai pas le goût de les envoyer au camp de jour. Je n’ai pas le goût de préparer de lunch.

Avec la chaleur qui nous accable, c’est encore plus difficile! Le moindre effort physique me fatigue. J’écrase avec l’humidité. Heureusement, je ne travaille que deux jours semaines! Et que je suis en vacances depuis deux semaines! Parfois, je me demande comment j’ai  pu travailler à temps complet alors que j’étais enceinte de mon gars. Comment est-ce que j’ai fait pour étudier avec ma fille de 3 mois? Parfois, je me demande comment je vais faire pour être enceinte encore 2 mois et demi?

Le pire est que je me sens mal de penser une telle chose. J’ai toujours aimé être enceinte. Mais là, la fatigue, le manque d’appétit, les nausées et vomissement toujours présent ainsi que le stress de ne pas savoir comment sera ma fille n’aide probablement pas…

Publicités

5 réflexions sur “Sevrage

  1. unemamanraconte dit :

    Je pense qu’il est normal de vivre des moments de découragements intense. Je l’espère du moins car il m’arrive souvent de me sentir dépassée, et coupable de me sentir ainsi,pleurer, me sentir impuissant3, tu vois le genre…Ces épisodes prennent toutefois moins de place que les moments de bien-être. Je comprend ta crainte puisque tu n’as certainement pas envie de « rechuter ». Je te souhaite de te sentir mieux ,peut-être auras-tu un petit moment de répit juste à toi pour souffler un peu ?
    xx

    J'aime

  2. Aourell dit :

    Si la diminution de la dose s’est bien passée, je ne pense que que le sevrage total soit responsable de tes nerfs à fleurs de peau. Je pense que la fatigue joue beaucoup. Prend du temps pour toi 🙂

    J'aime

  3. small mama dit :

    J’ai aussi cessé les anditépresseurs il y a peu de temps et j’ai du mal parfois. Les larmes, l’impatience (surtour envers les enfants), une sensation de mal être. Mais ce n’est pas tout le temps. Pour m’aider je consulte un psychologue. C’est pas facile tou sles jours mais j’essaie de vivre sans mes pilules. Donne-toi un peu de temps, il faut aussi que tu te réhabitue à vivre sans les pilules!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.