Quand tout va mal…

Ça ne va pas bien. Pas du tout! Est-ce que je peux le crier? Est-ce que je peux hurler que ça ne va pas ce soir? Mais pas pantoute! Quand on a l’impression que tout nous tombe dessus, que tout arrive en même temps et qu’on se demande pourquoi. J’ai toujours dit que rien n’arrive pour rien. Mais pourquoi tout ça arrive là? Hier, je suis tombé sur une personne de mon passée. Ça m’a fait plaisir de la voir et de lui parler. Je crois que ce fut réciproque. Mais ça brasse des souvenirs. Ça m’a empêché de dormir un bon moment. Ce soir, mes enfants sont revenu de chez leur père et la première chose que ma fille m’a dit c’est : “Maman, papa était tellement fâché hier que j’ai eu peur.” Ça y est… que je me suis dit. Ça va recommencer. J’étais justement dû pour une mise au point avec les enfants. Sur comment ça se passe là-bas… Mais je n’arrive pas à avoir de réponse. Ils me répondent de façon évasive. Ça m’inquiète. Ils ne me regardent pas dans les yeux. Je sais que je vais devoir prendre les choses en main. Je vais devoir faire bouger les choses. En plus de tout ça, je devais trouver un papier d’assurance que je devais signer. Je ne trouvais pas le papier en question. Mes assurances invalidités refusent de me payer. Je dois aussi contester le refus. Demain, je travaille. Je n’ai pas envie. Je vois les statuts Facebook de collègues de travail et, non je n’ai pas envie d’y aller. Pendant que j’étais préoccupée par tout ça, je suis allé jeter des oignons dans l’huile qui chauffait depuis… bah, je ne sais pas depuis combien de temps. Mais je sais une chose, qu’elle était chaude et pas juste un peu! Car j’ai reçu plusieurs gouttelettes d’huile brulante dans le cou et mon décolleté. Ça brule! Ça fait mal. Et à ce moment-là, j’ai eu envie de tout garocher et de m’en aller. De me dire “Fuck, j’suis pas capable d’en prendre plus!”. J’aurais voulu éclater en sanglot, mais même ça c’était trop me demander.

Pis en plus de tout ça, j’ai plus de MiniEggs. Quand tout se met à aller mal…

Publicités

4 réflexions sur “Quand tout va mal…

  1. Anne Jutras dit :

    En effet, une salle de crie, ou un interrupteur qu’on pourrait mettre à « off »! Non mais, des fois on voudrait juste avoir la sainte paix.

    J’avais une thérapeute qui m’avait conseillé de prendre un coussin et de le frapper et même de lui crier des bêtises pour défouler le trop plein d’émotions douloureuses et inexprimables.

    Demain sera un autre jour, j’espère que le soleil brillera à nouveau.
    Bisous xx

    J'aime

  2. aramys dit :

    Un punching bag par personne devrait etre payé par l’assurance maladie… je suis certaine que ce serait rentable.. car moi aussi j’aurais besoin d’une salle de cris ou encore d’un punching bag…. Ya des journées où vraiment là… on est à boutte!!!!! …Une chose à la fois.. On prend un truc et on le règle… si ça prend 3 semaines régler les problèmes ben ça prendra 3 semaines!

    J'aime

  3. lheureuseimparfaite dit :

    Courage, parfois dans la vie on se sent au fond d’un puits, on se dit qu’on ne peut pas tomber plus mal et que les parois sont impossibles à escalader…Et puis finalement un beau jour on se réveille et on se rend compte que toutes les mauvaises choses sont loin derrière nous, elles ressemblent à un mauvais rêve et on se demande même si on a vraiment été aussi mal…
    Tiens bon, la roue tourne je t’assure.
    Et puis moi quand ça ne va pas, et bien ça m’arrive de crier très très très fort au volant de ma voiture (quand il ne fait pas encore jour et que les autres automobilistes ne peuvent pas me voir….) et ça fait un bien fou !!!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.