Je n’ai pas de meilleure amie.

Les amis sont les anges qui nous soulèvent quand nos ailes n’arrivent plus à se rappeler comment voler.” – Anonyme

“Un ami… rien n’est plus commun que le nom, rien n’est plus rare que la chose”Anonyme

Je ne me souviens pas d’avoir eu de vraie meilleure amie. Vous savez, cette personne à qui l’on raconte tout. Une personne à qui l’on peut raconter ses secrets, ses peines, ses peurs, ses rêves, ses fantasmes, ses loisirs secrets, ses amours, etc. Sincèrement, je ne crois pas avoir déjà tout raconté à quelqu’un. Quand j’étais enfant, nous avons déménagé alors que j’avais à peine 8 ans. Nous avons passé de la Beauce à la Montérégie. J’ai été “prise” en charge dès mon arrivé par quelque petites filles de ma classe. Elles m’ont intégré au groupe, m’ont présenté la “gang” et j’y suis restée. Je passais mes soirées et mes fin de semaine avec elles, mais je ne me confiais pas. J’écoutais. Au secondaire, la gang s’est dissoute. Tout le monde a choisi une école secondaire différente. J’ai essayé de continuer de me tenir avec une de mes meilleures amies, mais elle faisait du théâtre. Ce que j’avais en horreur dû à ma timidité. J’ai donc commencé à regarder ailleurs… j’ai redécouvert une amie du primaire qui m’a présenté des filles. Et nous sommes devenues un petit groupe de 5 filles inséparables pendant les 5 années de notre secondaire. Nous faisions tout ensemble. Nos travaux, nos sorties de cinéma, nos soupers. Mais est-ce que je leur parlais? Non. J’ai toujours tout gardé pour moi. Mes problèmes familiaux. Mes sentiments amoureux. Mes difficultés personnelles. J’étais réservée. Avec le recul, je me rends compte que je l’étais beaucoup trop. Si j’avais parlé de ce que je ressentais, si j’avais raconté mes rêves, mes idées fofolles, mes craintes, mes amours… est-ce que j’aurais gardé contact avec elle aujourd’hui? Est-ce qu’à la première difficulté je les aurais perdues de vue?

je n'ai pas de meilleure amie

Au cégep, nous étions seulement 3 à nous retrouver dans le même établissement, mais dans des champs d’études complètement différents. Nous avons moins eu de temps pour nous voir et les chums ont fait leur apparition. J’ai fait la gaffe de tomber amoureuse du même garçon que celle que je considérais comme ma meilleure amie. Le garçon en question a choisi mon amie. J’ai eu beaucoup de difficulté à l’accepter, de les voir ensemble. J’ai eu mal. Je me suis donc éloignée d’eux sans jamais leur dire le pourquoi. Par le fait même, je me suis éloignée des autres copines. Avec le recul, je me rends compte que j’ai pleuré non seulement sur ma peine d’amour, mais sur ma peine d’amitié. Car 15 ans plus tard, cette amitié me manque toujours autant. Ces 4 filles là me manquent.

J’aimerais être le type de fille qui saute sur le téléphone quand j’ai une bonne nouvelle, quand je suis triste, quand je suis en colère. J’aimerais être le type de fille qui est une bonne amie. J’aimerais avoir une meilleure amie. Mais avec ma non amitié du téléphone, je finis par perdre mes amies de vues. Je déteste le téléphone. Je ne pense pas à téléphoner. Je vis ce que j’ai à vivre. Quand ça va mal, je me renferme sur moi-même. Je montre une facette de moi qui va bien alors qu’à l’intérieur, il y a une petite fille qui hurle à l’aide. Autant j’arrive à écrire ce que je ressens. J’arrive à y glisser des mots. Quand il est question de parler, je fige. Les mots de sortent plus. Je suis meilleure pour écouter.

Je me rends compte que je raconte ce que je ressens une fois que tout est terminé. Avec mes amies, j’arrive à leur dire jusqu’à quel point ma dépression a été difficile, que j’ai eu des périodes assez intenses, que mon ex m’en a fait vivre de toutes les couleurs. Que j’ai eu peur. Que j’ai eu mal. Mais, je leur raconte tout ça… une fois que tout est terminé. J’arrive à trouver les mots une fois qu’il n’y a plus rien à en dire. Une fois que j’ai trouvé ma solution. Mais, je ne crois pas que ça devrait fonctionner ainsi. Je sais que c’est à moi de changer les choses.

Mais, est-ce qu’on a besoin d’une meilleure amie? Est-ce essentiel? Peut-être que j’ai l’impression que c’est très important parce que je n’en ai pas. Car dans le fond, j’ai mon amoureux qui est aussi mon meilleur ami. J’y raconte tout. Il est le seul qui soit au courant pour ce blogue. Est-ce que j’ai vraiment besoin de plus?

“Ne pas se confier à quelqu’un c’est se préserver d’une quelconque trahison mais c’est peut-être aussi passer à côté d’une certaine amitié.” – Anonyme

10 réflexions sur “Je n’ai pas de meilleure amie.

  1. Fanny B dit :

    Pour ma part avoir une meilleure amie c’est assez récent. Avant je n’avais pas vraiment personne et je gardais pas mal tout mes secrets en dedans puis j’ai rencontré celle qui a changé ma vie. C’est gros comme ça mais c’est vrai. Et avec elle est arrivé une autre que je considère maintenant comme ma petite sœur. Entre nous 3, pas de secrets et j’adore ça. Nous allons célébrer nos 5 ans d’amitié cet été et je suis très heureuse des les avoir avec moi, quand ça va mal ou bien. Je sais que je peux tout leur dire, être la vraie moi sans peur d’être jugé et ça fait beaucoup de bien.

    Par contre j’ai toujours été très fille de gang et de party, mon mari n’a pas d’amis et il se sent très bien avec ça. Il a ses frères et c’est suffisant pour lui. À chacun sa façon de voir et surtout ses besoins.

    J'aime

  2. Véronique Lemonde dit :

    J’ai des amies, mais une meilleure amie pas vraiment. En fait, j’ai eu 2 amies plus qu’importantes à l’université. L’une d’elle était vraiment ma meilleure amie, tu sais le genre âme soeur🙂 Mais des événements difficiles dans ma vie m’ont éloignée d’elles et je les ai perdues… Aujourd’hui, c’est encore mon plus grand regret à vie même 10-12 ans plus tard. Même si je me sens assez sereine avec ça aujourd’hui. Je m’ennuie de ces moments où on se parlait pour rien au téléphone alors que l’on avait eu des cours ensemble dans la journée à l’université ! Ça, ça me manque cette quotidienneté dans une relation; se parler presque chaque jour.

    J'aime

  3. Audrey dit :

    je trouve ton article super intéressant, c’est un sujet qui me touche beaucoup.
    Pour ma part, je n’ai plus de copines autour de moi, plus de meilleure amie non pus, à qui tout raconter, avec qui aller faire un tour en ville, boire un thé, aller n’importe où tant qu’on se marre. Et franchement, ça me manque mais terriblement. Alors j’ai mon mari, à qui je raconte des trucs de « filles » aussi du coup, il est sympa pour ça, il m’écoute et tout, mais ça n’a rien à voir. C’est mon plus grand regret aujourd’hui, dans ma vie actuelle. Je rêve d’avoir une copine quoi, quelqu’un à qui je pourrais envoyer des petites surprises, quelqu’un que je pourrais appeler n’importe quand etc enfin bref, ce truc quoi. Moi je ne me sens pas serine avec ça, je l’accepte par la force des choses, et parce que je suis adulte, mais au fond de moi, ça me manque vraiment. d’autant plus que j’en ai eu des supers amies, dont une en particulier, et que je l’ai perdue en chemin. ( mais je ne souhaite pas pour autant la retrouver elle ni un clone par contre). J’ai pas une vie parfaite, mais je crois qu’elle le serait presque si je retrouvais ça. Puis après, quand je reviens sur terre, je me dis que passées les années fac, c’est un peu utopiste peut-être de retrouver cette relation un jour. Enfin bref, je vais pas raconter ma vie sur ton blog, mais j’ai bien aimé venir ici. C’est un bon sujet.

    J'aime

  4. Anne Jutras dit :

    Ton histoire me touche, Damia.Cette histoire de peine d’amour me rejoint. Quand j’étais en secondaire 5, durant les vacances d’été, ma meilleure amie s’est mise à sortir avec mon amoureux, alors que j’étais partie je ne sais plus où. Quand je suis revenue, c’est une autre amie qui m’a apprise la nouvelle. Le choc! J’ai eu (très) mal et cette précieuse amitié fut briser à jamais… J’imagine qu’ils étaient fait pour aller ensemble, puisse qu’ils ont fondé une famille. N’empêche. J’ai eu du mal à oublier et à pardonner. Mais j’y suis arrivée.

    Aujourd’hui, c’est du passé. Une expérience qui a marqué mon adolescence.

    Je n’ai pas de meilleure amie, mais des amies que je choisi. Chacune d’elles ont leur place dans mon cœur. Elles me procurent à leur manière, lumière et soutien. Souvent, on se donne rendez-vous pour un déjeuner ou un souper, et on jase. C’est important pour moi, nous échangeons, discutons, on se livre des confidences sans trop pénétrer l’intimité de l’autre. On se guide mutuellement. Avec respect. Et si nous sommes une année sans se voir, c’est correct. Quand on se revoie, nous sommes ravies!

    Oh, j’aime discuter avec mon chéri, il a un esprit analytique et un enthousiasme que j’apprécie, mais bavarder avec une fille c’est différent. C’est plus yin.😉 Et puis, chéri deviendrais blaser d’entendre à répétition mes questions existentielles.

    J'aime

  5. Anna-Belle dit :

    Moi aussi côté amitié j’ai eu beaucoup de peine. J’ai été très proche de ma belle-soeur quand tout s’est écroulée…J’ai mis beaucoup de temps à m’en remettre, à ne pas comprendre tout en étant obligé de la cotoyer…Maintenant je suis passer à d’autres choses, mais la peine d’amitié fait mal, très mal…

    J’ai la chance d’avoir une meilleure amie et je m’en passerais pas…Peut-être n’es-tu juste pas encore prête à te laisser aller dans une relation d’amitié, à te confier et t’engager, car ça demande du temps et tout…Peut-être tu rencontreras quelqu’un quand ce sera le bon moment pour toi, on dirait que je parle d’un amoureux, mais au fond l’amitié apporte autant quelquefois😉

    Je te souhaite de le vivre si ça te manque🙂

    J'aime

  6. Kimie dit :

    Je comprends ton manque.
    Même si j’ai la chance d’avoir une meilleure amie, je la vois très peu, car on habite trop loin l’une de l’autre. Du coup, ce n’est plus vraiment à elle que je me confie au jour le jour. D’ailleurs, je ne me confie à personne, même pas forcément à Chéri. Des fois à mon blog, des fois à mon journal… souvent au chat !
    J’aimerais avoir une amie ou même juste une bonne copine avec qui j’aille faire du shopping, ou aller manger ensemble au dépoté, papoter de tout et de rien… pas toujours facile à l’âge où l’on arrive, où les femmes deviennent mères et sont forcément moins disponibles…

    J'aime

  7. myrtille dit :

    OUI on a besoin d’avoir des amies🙂
    sans la vie serait bien terne et bien moins heureuse !
    j’en ai 2 et bientot une de plus qui sait ..et je ne pourrais m’en passer !!
    c’est si important de pouvoir avoir une ecoute attentive et bien sur reciproquement car sans reciprocité l’amitié ne peut exister !
    et elle doit s’entrenir !
    un amoureux c’est bien ..mais avoir des amies c’est complèmentaire !
    surtout si l’amoureux part ..on se retrouve tout seul ..

    Ps toutes les femmes ne deviennent pas mères !!….

    J'aime

Les commentaires sont fermés.