Le grand retour, c’est pour bientôt!

J’ai finalement vu mon médecin hier et, je n’ai pas attendu! Habituellement, mon médecin a toujours, mais TOUJOURS du retard sur son horaire. Elle me suit depuis que j’ai l’âge de 9 ans environ et jamais, au grand jamais elle n’est à l’heure. Elle est le type de médecin qui prend le temps d’écouter ses patients. On peut être une heure assise face à elle sans problème. Nous n’avons pas l’impression d’être un numéro pour elle. Tout ça pour dire que pour la première fois, elle n’avait pas trop de retard. J’étais la troisième à passer! J’avais rendez-vous à 14h et à 15h, j’étais assise dans mon véhicule avec le document pour le bureau de santé de mon établissement.

On a beaucoup discuté de mon état actuel versus celui dans lequel j’ai été dans les dernier mois. Je me rends compte à quel point j’étais rendu bas. J’en ai versé des larmes. Par moment, je me serais roulé en boule sur le plancher pour pleurer. J’avais l’impression que jamais je ne m’en sortirais. J’aurais dormi des journées entières pour ne pas penser et ne pas me voir tel que j’étais. Les sentiments de panique qui me prenait n’importe quand, lorsqu’il y avait trop de bruit, trop de monde, etc. Tout ça est derrière moi, je l’espère. La fatigue perpétuelle est moins présente quasi inexistante. Je dors mieux. On a parlé de ma fausse couche et l’impression que j’avais de replonger aussi profondément que je l’avais été pendant quelque jour.

Je recommencerais donc à travailler sous peu. J’attends que mon employeur m’appelle pour me donner mon horaire. Ça me stresse, mais à voir la réaction de mes collègues et amies sur Facebook, je suis bien heureuse de les revoir! Il va falloir que je préparer mes enfants, mon chum et moi-même à cette idée. Je recommence à temps partiel de façon progressive… alors, on verra bien! Un jour à la fois et vous n’avez surement pas fini de m’entendre, me lire dire que j’angoisse!

Publicités

Une réflexion sur “Le grand retour, c’est pour bientôt!

  1. Catherine dit :

    Juste le fait de savoir que tu es passé sur ce chemin si difficile est un outil bien utile. Ton corps et ton coeur te donneront sans doute des signaux des limites à ne pas franchir, qu’il te faudra respecter… « dans’l’temps, comme dans l’temps! »

    Donne toi le droit d’avoir peur et d’être fatiguée aussi au retour. Un autre genre de fatigue évidemment. Bonne chance!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.