L’intimidation

Sur tous les réseaux sociaux, dans les journaux, à la télévision, partout, l’on parle de l’intimidation faite à nos enfants. Partout l’on entend parler du suicide de la jeune Marjorie Raymond. Les textes se multiplient, tel que celui-ci, chez Étolane. J’ai suivi les nouvelles, j’ai entendu l’entretien téléphonique de la maman de Marjorie aux nouvelles et je ne peux m’empêcher d’avoir peur. J’ai peur pour mes enfants. Depuis leur maternelle, je les questionne. Je leur demande ce qui se passe à l’école. Ma fille m’inquiétais un peu moins, car elle a beaucoup de caractère. Par contre, il est arrivé des choses. En 1ere année, un petit garçon lui a empoigné le coup et a serré très fort, car elle ne voulait pas jouer avec lui. Elle a même eu des ecchymoses. Ce petit garçon avait le même âge qu’elle, était même son ami. Par contre, il était suivi par une travailleuse sociale, un pédopsychiatre et un médecin pour plusieurs troubles. Ma fille était une des rare qui acceptait de jouer avec lui. Après cet évènement, elle se méfiait beaucoup, Cette histoire est arrivée le vendredi soir. Le lundi matin, il est venu la voir pour s’excuser  alors que j’étais présente. Elle lui a répondu : “C’est correct. J’accepte tes excuses, mais je peux pas oublier. C’est trop tard.” Une autre fois, une de ses amies est tombé par terre. Elle a accusée ma fille de l’avoir poussé par terre. Les intervenantes de l’école n’en ont pas fait de cas, car ma fille n’a jamais causé de problème. La petite fille a répété la même chose à son père. Le père, un homme de près de 6 pieds est allé voir ma fille et l’a pointé du doigt en lui disant : “Si tu touches encore à ma fille, ça va aller mal!”. Qu’est ce qu’on fait lorsque les parents s’en mêlent? On s’entend que ma fille est très petite pour son âge. Elle pèse à peine 55 lb à l’âge de  9 ans. Dans ce temps-là, elle en pesait beaucoup moins. Était la plus petite de sa classe. L’autre petite fille avait une tête de plus. Ma fille a eu peur du papa de l’autre. Je comprends qu’on veuille défendre ses enfants, mais de là à aller faire peur à une enfant de 6 ans. Je trouve ça inacceptable! L’été dernier, ma fille a entendu les petits garçons de son âge dire qu’elle était grosse (!) alors qu’elle était en maillot à la piscine avec le camp de jour.

Ce ne sont que des histoires isolées qui ne se sont pas reproduites. Mais tous nos enfants sont à risque. À chaque fois qu’un ami dit que leur chandail est laid, que l’enfant sent mauvais, qu’il est méchant, etc. À chaque fois qu’ils sont témoins d’une autre histoire… Ma fille est très attentive à l’intimidation. Elle a tendance à devenir ami avec ceux qui en souffrent. Elle a pris l’habitude d’aller chercher ses enfants et les inclure dans son cercle d’amis.Il y a quelques mois, il y a un intervenant qui est allé dans chacune des classes pour leur parler de ce phénomène. Il a encouragé les jeunes à dénoncer. Il y a quelques temps, une de ses amies a eu des menaces. Elle a elle-même accompagné son amie chez la directrice pour dénoncer. À l’école, elle me semble forte. Elle tient son bout. Elle parle. À la maison, c’est moi qui la retrouve en larmes parfois parce qu’un ami lui a dit des choses blessantes. J’essaie de lui faire comprendre que les gens ont le droit d’avoir leurs opinions. Du moment qu’elle croit en elle, en sa famille. Ce que les autres pensent n’a pas la moindre importance. Qu’il y a beaucoup de gens malheureux, jaloux, seuls et que leur moyens de se rendre intéressants est de blesser les autres.

Mon fils, lui, semble être ami avec tout le monde. Des plus jeunes, des plus vieux. À l’école, il y a beaucoup d’échange de classe.C’est à dire que les plus vieux vont faire lire les plus jeunes, vont leur lire des histoires. Ça semble différent de mon époque. En ce moment, mes enfants sont heureux d’aller à l’école. Ils me parlent. Je les encourage. Ils me racontent les méchancetés que les autres vivent. Je les écoute et en secret, je remercie la vie que ce ne soit pas mes enfants qui subissent tout ça. Et, ils sont prévenu que JAMAIS je ne tolèrerais qu’ils fassent subir ça à un autre. Parce qu’on a beau avoir peur qu’ils soient victimes, il faut aussi s’assurer qu’ils ne deviennent pas les bourreaux.

Publicités

Une réflexion sur “L’intimidation

Les commentaires sont fermés.