Crise de panique

Ce matin, j’avais tout écrit. Un billet complet sur ma visite médicale de lundi puisque vous êtes plusieurs à me demander de mes nouvelles. Après avoir passé près de 30 minutes, si ce n’est pas plus à l’écrire, j’ai tout perdu. Oui, TOUT! J’avais juste le goût de pleurer. Déjà que je m’étais réveillé en catastrophe ce matin en raison d’un autre cauchemar! J’étais sur le mode panique! Vous savez, ce sentiment qui monte en soi. Le sentiment d’urgence, le coeur qui bat plus vite. Avoir l’impression que quelque chose de grave va se produire. Dans mon rêve, au moment de me réveiller, je courais parce que quelqu’un voulait me faire du mal. Je me souviens encore de la noirceur, la pluie froide et la sensation d’étouffer parce que je n’ai plus de souffle à force de courir dans les rues.

Ce matin, j’étais supposé aller à Montréal pour assister à un cocktail dînatoire offert par Toys’r us. J’étais supposé prendre l’autobus jusqu’à Longueuil et ensuite le métro jusqu’à la sortie Square-Victoria. Mais, j’ai pris peur. J’avais pris la décision d’y aller parce que ça m’intéressait. Je me disais que ça me permettrait de voir du monde. Je savais que c’était aussi une façon de sortir du placard si on veut! Il y aurait peut-être eu d’autres bloggeuses que je connaissais. Mais… j’ai eu peur. La neige, qu’il y ait trop de monde. Me retrouver seule dans une foule. L’impression de ne pas être à ma place. J’ai sauté sur n’importe quel prétexte pour ne pas y aller. Je me trouve nouille surtout qu’il fait beau en ce moment. Une partie de moi regrette, mais l’autre est bien contente que j’ai éliminé un stress inutile pour moi. Une fois que j’ai pris la décision de ne pas y aller. Je me suis senti mieux. J’avais l’intention de faire pleins de trucs! C’est à ce moment-là que j’ai écris sur ma rencontre avec mon médecin. Tout. J’étais même satisfaite de mon texte. Et au moment de le publier… J’ignore ce que j’ai fait, mais il y avait une page blanche! Plus de mot, plus d’image, plus rien! J’ai tout essayé pour le retrouver, mais y’avait rien à faire! Ce fut suffisant pour que le sentiment de panique me reprenne. Je sais! Il n’y avait même pas de raison d’être! Merde, c’est juste un texte que j’ai perdu! Ce n’est pas la fin du monde. Mais pourquoi ce sentiment? Pourquoi me sentir sur le point de craquer? J’étais agitée, je tournais en rond dans la maison. Je me suis aussi rendu compte que je n’avais pas pris ma médication encore, mais je sais que ce n’est pas une de retard qui peut me faire ça! J’ai fini par aller dehors. J’ai pelleter les marches et je suis allé me promener. Il fallait que je sorte cette énergie négative! Quand je suis revenu, j’ai même déblayé une partie de l’entrée. Il fallait que je fasse quelque chose. En ce moment, la pression est tombé. Je comprends très bien que je n’avais aucune raison de paniquer. C’est hors de mon contrôle. Je ne faisais pas ça avant. Selon mon doc, c’est parce que je suis vulnérable en ce moment. Que ça va avec la maladie, que ça va rentrer dans l’ordre quand j’irais mieux. Par moment, j’ai peur. J’ai peur d’être comme ça pour longtemps. C’est épuisant.

7 réflexions sur “Crise de panique

  1. Jane dit :

    Pardonne moi mais je ne te lis pas depuis bien longtemps, de quel maladie s’agit-il?
    Moi, je crois qu’on est jamais paniqué pour rien… il y a toujours une raison mais souvent nous l’ignorons🙂
    Bonne journée!

    J'aime

  2. Damia dit :

    Le médecin m’a diagnostiqué une dépression majeure il y a trois mois. J’ai toujours été qqun d’anxieux, mais jamais ça ne m’a empecher de fonctionner. J’ai toujours su garder mon stress en dedans comme on dit! Je gérais très bien! Mais depuis quelques mois, ça ne fonctionne plus! Selon le doc, c’est la dépression. Comme j’ai grugé toute mon énergie depuis quelques années, maintenant je n’ai juste plus de réserve. Ça va revenir, mais c’est long!

    J'aime

  3. Lya dit :

    Je suis bien désolée pour toi, je comprends exactement le sentiment que tu ressens. La terreur lorsqu’on prend un tout petit peu de recul, qu’on se voit agir, et qu’on se rend compte qu’on n’est plus comme avant. La terreur de rester comme ça longtemps… Toujours…

    J’ai si hâte pour toi que les médicaments commencent à faire effet pour la peine. Vraiment. J’ai très bien réagi aux miens et après un mois sur Cipralex, si ce n’est des cauchemars, je pourrais dire que je vais bien. Rien de comparable, en tout cas, à ce que j’étais il y a un mois…

    Prends soin de toi ma belle. xxx

    J'aime

  4. Maryse St-Arneault dit :

    Tu devrais essayer windows live writer, tu peux sauvegarder un brouillon et je pense que ça sauvegarde de temps en temps aussi avant de publier. Tes textes sont sur ton ordi en plus de sur ton blog🙂

    J'aime

  5. Damia dit :

    Lya, il y a un gros changement par rapport au début. Vraiment un très gros. C.est juste que maintenant, quand je vis des moments intenses, je l’écris plus. Je le dis aussi. Ce soir, j’ai pris un verre. Je n’arrive pas à me « calmer ». Je ne pleure pas. Je ne suis pas triste, loin de là. Je me sens complètement dépassée. Un rien me fait enrager, sursauter. C’est comme si j’étais hyper stimulée. Je ne comprends pas, car habituellement ça finit par passer. Je vais probablement me coucher tôt et demain, ce sera un autre jour.

    Prends aussi soin de toi!!

    J'aime

  6. Damia dit :

    Maryse, je ne connais pas. je vais regarder ça! Habituellement, je sauvergarde le brouille pendant que j’écris, mais cette fois-ci, j’étais tellement prise parce ce que j’écrivais que j’ai oublié. Et, normalement wordpress enregistre un brouillon entre mes enregistrements. Je ne sais pas… là, je crois qu’il y a eu un bug, et j’ai perdu mon texte. Mais bon, y’a des trucs pire que ça dans la vie! Je m’en suis remis!🙂

    J'aime

  7. La Belle dit :

    Moi j’écris mes billets sur words avec une sauvegarde automatique tout les 2 minutes😉 Je suis freak, mais comme toi j’ai déjà perdu un long texte!

    Et pour ton stress, je crois que tu traverses des étapes difficiles pour ta dépression. Il faut te donner du temps et surtout le dire quand ça va pas bien. Je sens que malgré les crises de panique, tu prends de plus en plus conscience de ce dont tu as besoin, et juste pour ça, c’est un beau grand pas de fait🙂

    J'aime

Les commentaires sont fermés.