Dans ma petite valise, il y a… #mamanpg

Cette semaine, je me suis donné un coup de pied afin de commencer à préparer ma valise. Je crois bien que je n’ai jamais été aussi peu préparée à l’arrivée de bébé que pour cette grossesse-ci. Un peu partout, on nous fournit mille et une listes de trucs à avoir avec soi. Pour mes grossesse, bien que je ne sois pas suivi à la même place), je n’ai pas eu accès à ces listes. Je me fis donc à mon expérience personnelle et professionnelle. J’ai eu le gout de partager avec vous mes suggestions.

La valise de Bébé :

  • Un paquet de couches Pampers Swaddle en taille  New Born ou 1 : Pourquoi cette marque? Parce que je ne jure que par elle pour tous mes enfants. Elles sont douces, de bonnes tailles pour les nouveaux-nés et que c’est une marque qui a fait ses preuves.
  • Des vêtements pour la durée du séjour : pour la quantité, c’est à votre discrétion, des pyjamas, cache-couche ou non, petits bas, etc.  Il ne faut pas oublier qu’on est là que pour deux jours… trois si on a une césarienne. Il n’est pas nécessaire d’avoir la garde-robe entière de bébé. Si on allaite, bébé est souvent en couche seulement…
  • Une ou deux petites couvertures douces. Bien que l’hôpital en fourni, reste que les nôtres sont beaucoup plus douces!
  • Un ou deux chapeaux: il n’est pas toujours facile de contrôler la température de la chambre d’hôpital.
  • Un ensemble de sortie, ce qui inclus pyjamas, vêtements chauds, mitaines, chapeau, etc.
  • Des petites mitaines pour prévenir les égratignures au visage.
  • Un siège d’auto : svp, prenez le temps de vérifier la date de péremption si vous l’emprunter. Et, assurez-vous d’ajuster les sangles avant de vous pointer à l’hôpital. Les infirmières vont vérifier que bébé soit bien attaché, mais elles ne feront pas tout le travail pour vous!

La valise de maman :

  • Au moins deux pyjamas confortables.
  • Plusieurs petites culottes : oubliez vos plus belles, les strings et les brésiliennes à la maison. N’apportez que celles qui sont confortables et qui risque de terminer dans les poubelles au bout de quelques jours.
  • Trousse d’hygiène personnelle : shampoing, savon doux, brosse à dents, dentifrice, déodorant, brosse à cheveux, élastiques, séchoir, etc. Personnellement, j’ai même ajouté un shampoing sec de herbal essence, car on ne sait jamais si on aura l’autorisation de sauter dans la douche rapidement surtout si ça se termine en césarienne.
  • Vêtements pour la sortie. Des vêtements de maternité feront l’affaire. C’est sur à 99,9% que vous ne rentrerez pas dans vos vêtements d’avant la grossesse. Laissez-vous un peu de temps!
  • Une paire de pantoufles ou sandales. Marcher pieds nus sur un plancher d’hôpital, c’est… bof…
  • Une paire de bas chauds.
  • Votre oreiller, coussin d’allaitement, couvertures. A votre discrétion.
  • L’appareil photo!
  • Votre chargeur pour cellulaire, mais faites attention de ne pas le laisser à l’hôpital quand vous quitterez. Ça arrive sans arrêt!
  • Pour l’accouchement : cd de musique si vous le désirez. Personnellement, pendant que j’accouche, je me balance de ce qui se passe autour. Tout va trop vite!
  • Crème pour les mamelons à base de lanoline si vous désirez allaiter. Un essentiel, d’après-moi!
  • De bons soutiens-gorges d’allaitement.
  • Un cahier, crayons si désirez. Une belle façon de conserver des souvenirs.
  • Magazine, livres, sudoku… n’importe quoi pour passer un peu de temps si bébé dort et que vous n’arrivez pas à dormir.
  • Des vêtements pour le papa. Ne pas oublier un pyjama. Même si les infirmières en voient tous les jours, elles n’ont pas besoin de voir le papa en sous-vêtements!
  • Des collations. Quand on allaite, on a toujours faim!
  • Un sac pour les vêtements sales.

Ne pas oubliez que vous êtes à l’hôpital entre deux et 4 jours. Pas besoin d’avoir 4 valises! Les chambres sont petites, même celles qui sont privées! Si en plus, le papa a l’intention de revenir à la maison pendant le séjour, il peut rapporter les trucs non-essentiel.

Peut-être que j’en oublie… Que mettez-vous dans votre valise et celle de bébé?

Déclaration : Je suis une maman P&G. Dans le cadre de mon association à ce groupe, je reçois des produits et profite d’un accès privilégié à des évènements et à des offres de P&G. Les opinions que je partage sur ce blogue sont mes propres opinions. 

Bilan de l’été ou… Bilan de l’été que je n’ai pas vu passer… #mamankinder #sourireskinder

L’année dernière, j’ai fait un bilan en plein milieu de mon été et à la fin. Cette année, je ne savais pas si ça valait la peine d’en faire un jusqu’à ce que Kinder nous le demande. Après réflexion, je me suis dit que c’était une très bonne idée. Même si j’ai l’impression de n’avoir rien fait, peut-être que j’en ai fait beaucoup…

Pour l’été 2014, j’avais tout plein de projets en tête. Je voulais aller au cinéparc avec les enfants. Je voulais aller voir le spectacle au Théâtre de la Dame de Cœur ou encore aller au zoo. Est-ce qu’on a fait tout ça? Oh que non. C’était utopique de croire qu’on pourrait le faire en même temps que le déménagement, les rénovations, les deux épisodes d’infection urinaire de Bébé Fille et le rhume carabiné qu’elle nous en transmis. La fatigue a eu raison de nous.

Par contre, cette année, j’ai réussi à lâcher prise sur ce que les deux grands faisaient. S’Ils n’allaient pas dehors une journée, je ne chialais pas. Quand leurs amis n’étaient pas en vacances ou au camp de jour, ils passaient chercher les miens et je ne les revoyaient qu’à l’heure des repas. Je leur ai permis de se coucher plus tard, de se lever plus tard (jusqu’à ce que Bébé Fille en décide autrement!).

Je regrette une seule chose. Ne pas avoir pris plus de photos. Compte tenu que nous ne sommes pas sorti ou presque pas, j’ai n’ai pas eu l’occasion de sortir mon appareil photo. Je sais que j’aurais pu me créer des occasions, mais je crois que je n’avais juste pas la tète à ca cette année. Mais si vous, vous avez fait beaucoup de photos, saviez-vous qu’il était possible de partager vos sourires d’été avec la nouvelle application de KinderMD .

strip

C’est une façon amusante et interactive pour les parents de capter et de partager des moments amusants. Il est même possible d’ajouter des éléments décoratifs et très drôles aux photos. Les enfants peuvent s’amuser à se mettre des masques!

Voici les étapes à suivre :

  • Étape 1 :Devenez fan de KinderMD sur Facebook
  • Étape 2 :Commencez votre bande photo
  • Étape 3 : Télécharger z vos photos
  • Étape 4 :Choisissez un joli cadre KinderMD
  • Étape 5 : Choisissez un filtre(qui vous donnera une drôle de tête)
  • Étape 6 : Enregistrez et partagez

Ajoutez des #SouriresKinder à toute bande-photo et vous verrez votre sourire dans la galerie de l’application.

L’été a quand même passée à une vitesse folle. J’aurais aimé avoir du temps pour relaxer sur le bord d’une piscine ou juste sur la terrasse. On se reprendra cet automne! Le beau temps est loin d’être derrière nous!

« Divulgation : je participe au programme des mamans KinderMD et j’en reçois compensation. Les opinions exprimées sont les miennes. »

Quoi faire en septembre pour pas cher?

Septembre est synonyme de rentrée scolaire, mais pendant les weekends, il est encore possible d’avoir l’impression d’être en vacances! Oui, oui! Et sans que cela ne nous coute une fortune!  Pour ce faire, il suffit de sortir et profiter du soleil qui est encore parfois très chaud! Voici quelques suggestions pour ceux qui en doutent :

1. Aller aux pommes : C’est un classique qui plait toujours aux enfants. En ce moment les sites d’achat de groupe (Tuango, Groupon) offrent de belles opportunités à moins cout. Une belle façon de découvrir de nouveaux vergers.

pomme01

2. Visiter les Parcs Nationaux de la SEPAQ: Le 6 septembre 2014, la SEPAQ offre la possibilité de visiter l’un des 24 parcs du Québec gratuitement. La SEPAQ vous proposent une foule d’activités lors de cette journée spéciale. C’est une belle occasion pour découvrir ou redécouvrir les parcs nationaux du Québec avec les enfants ou en couple, ou même seul. Pour plus d’information, cliquez ici.

Photo 655

3. Visiter une ferme agricole: Depuis plusieurs années, plus d’une centaine de fermes ouvrent leur porte afin de permettre aux gens d’en apprendre d’avantage sur cet industrie. C’est donc le dimanche 7 septembre qu’il vous sera possible d’y participer et ce, gratuitement! Pour ceux qui sont à Montréal et dans l’impossibilité de se déplacer, il y a aussi une activité au Parc Jean Drapeau.  Pour plus d’information, cliquer ici ou ici.

DSC07251

4. L’Oktoberfest de Repentigny: Personnellement, je ne bois pas de bière. Par contre, mon amoureux aime bien découvrir de nouvelles saveurs. C’est donc avec plaisir que nous allons chaque année faire un tour à l’Oktoberfest. Pour ma part, j’aime les activités offertes pour les enfants, j’aime découvrir des produits du terroir québécois et j’aime passer du temps en famille. Si vous achetez des billets via Tuango, ça ne revient pas trop cher!  Il s’agit d’un évènement pour toute la famille, avec plusieurs manèges, jeux gonflables, maquillage, animations, spectacles et ateliers de cirque! Plusieurs concerts sont également à l’horaire, dont Les BB le vendredi 5 septembre et Loco Locass le samedi 6 septembre!

Dégustation

5. Vérification des sièges d’auto pour enfants chez Canadian Tire : Si vous n’avez pas assez de temps pour sortir de votre ville ou de votre campagne, le samedi 6 septembre prochain entre  10h et 16h, il sera possible de vous rendre gratuitement chez Canadian Tire (dans tout le Québec) afin de faire faire une vérification du siège de votre enfant. Le bilan provincial de  2013 des activités de vérification du Réseau de vérification de sièges d’auto pour enfants démontre que 2/3 des sièges de nouveau-né et sièges d’enfant ont été utilisés incorrectement, et 11 % des sièges d’appoint ont été utilisés incorrectement.

Avez-vous des suggestions d’activités à faire pour le mois de septembre? Quels sont vos projets?

Décharge : Je n’ai reçu aucune compensation pour ces suggestions d’activité. Je vous fais part d’activités auxquelles j’aimerais personnellement participer.

“Oh non, pas encore!”

bbmalade

Oh non, pas encore! C’est exactement ce qui m’est passé par la tête jeudi soir quand j’ai pris la température de Bébé Fille parce que je la trouvais un peu chaude et qu’elle pleurait en attrapant sa couche à deux mains. Une petite voix m’a dit que c’était surement une infection urinaire, encore. La deuxième en moins d’un mois.

Vendredi matin, je devais me rendre à Ste-Justine pour mon suivi de grossesse et un écho de contrôle. J’ai donc laissé ma petite entre les mains de ma belle-maman. Étant elle- une infirmière à la retraire, je savais que mon bébé serait sous bonne garde. Elle m’a même offert de téléphoner au pédiatre de ma fille si celle-ci faisait encore de la fièvre à son réveil.

Lors de notre retour de Montréal, belle-maman était effectivement au téléphone et nous organisait un rendez-vous dans l’après-midi même avec le pédiatre afin que Bébé Fille ait une analyse et culture d’urine. Depuis sa naissance, nous avons comme consigne de nous présenter à la clinique si elle commence une fièvre subite sans autre symptôme. Il y a un mois, Bébé Fille nous a fait ce tableau : petite fièvre par intermittence, plus maussade, un appétit qui fluctue et, des cris lorsqu’elle urinait. Résultat? Infection urinaire au e. coli. Elle a alors eu droit à 3 jours d’antibiotiques intraveineux et 7 jours supplémentaires d’antibio en sirop. Compte tenu que le dernier et unique épisode d’infection remontait à plus de 18 mois, on se croyait à l’abri. Qu’elle belle naïveté!

Vendredi après-midi donc, on s’est présenté à l’unité pédiatrique de l’hôpital de la ville. Je crois bien qu’on commence par avoir fait le tour de tous les pédiatres du centre hospitalier du coin. Après un cathétérisme et des prises de sang, le diagnostic est tombé. Encore une infection urinaire pour la cocotte! Ce ne fut pas une surprise. Je le savais. Mon chum le savait. Maintenant, on n’avait juste pas envie d’aller passer une couple de jours à l’hôpital. Ce n’est pas dramatique, mais à chaque fois que la question se pose, je me demande ce que je fais avec les deux autres. Ils ont beaux être plus grands, ils ont quand même besoin de moi! Mon chum et moi étions en train de prévoir tout ce qu’on ferrait si Bébé Fille devait être hospitalisée.  Nous devions être réalistes. Deux infections urinaires en un mois, il était plus que probable que le médecin décide de garder notre fille pour son traitement. Finalement, qu’elle ne fut pas notre surprise d’apprendre que le traitement serait le même que la dernière fois. Que nous pourrions rentrer à la maison et ne revenir qu’aux 24 heures pour la dose d’antibio. Étant moi-même infirmière, je pouvais prendre soin de son jelco (cathéter intraveineux qui permet l’administration des antibios).

Depuis trois jours, donc, nous nous déplaçons à l’hôpital avec la petite. Pendant une heure et demie, nous devons user d’imagination pour la tenir occupée. Bébé Fille a beau être une “habituée” des hôpitaux, elle n’en demeure pas moins une petite fille de 21 mois. Elle manifeste fortement son mécontentement. Elle ne comprend pas que le bandage sur son bras est là pour son bien et surtout, elle n’aime pas que des inconnus lui fassent des trucs assez intimes! Aussi, bien qu’elle ne marche pas encore, elle aime bouger. Demeurer assis sur une chaise pendant une heure, ce n’est pas toujours facile! Je suis rendu une pro pour faire un sac de jouets/livres/collation en moins de deux minutes et qui sera utile pendant près de deux heures!

Demain, je vais à nouveau rencontrer le pédiatre de garde. Je vais savoir à ce moment si l’on passe aux antibiotiques oraux. Sincèrement, je ne suis pas sure de ce qui va se dérouler demain. En juillet, Bébé Fille a très bien répondu aux antibios. Moins de 24 h après la 1ere dose, la température chutait et je retrouvais ma petite fille. Cette fois-ci, la température a diminuée… un peu. Elle en fait toujours un peu. Elle redevient maussade dès que la température remonte. Aussi, les changements de couches ne sont plus une partie de plaisir. Elle pleure beaucoup. Me dit que ça fait “bobo”, Je crois que les cathétérismes l’ont traumatisé. Ça me brise le cœur de la voir comme ça. Je ne veux pas qu’elle souffre. Je ne veux pas qu’elle reste marqué parce qu’on doit lui faire des tests désagréables. Je n’ai pas envie de la voir hospitalisée, mais je n’ai pas envie non plus qu’on passe à cote de quelque chose. Bref, la maman est épuisée. La maman est à bout. J’essaie de me convaincre que c’est mieux qu’elle ait tout ça maintenant plutôt que lorsque je vais accoucher… mais reste que je suis parfaitement consciente que je vais accoucher en étant déjà au bout du rouleau…

Croisons les doigts pour avoir de bonnes nouvelles demain…

Nous sommes allés à l’International des Montgolfières de St-Jean–Sur-Richelieu #montgolfières

mongolfieres01

La semaine dernière, je tentais d’expliquer à mon amoureux qu’une des choses que je trouvais difficiles de l’été en cours, était que j’avais l’impression de ne pas en profiter. Je ne suis pas du type à organiser de gros et longs voyages pendant l’été, mais reste que j’aime faire tous pleins de petites sorties (comme le démontre plusieurs de mes billets de l’été précédent). En bout de ligne, ça me revient probablement au même prix que si j’allais en “voyage” avec les enfants, mais je demeure dans mon petit confort.

Cette année, avec le déménagement, les rénovations et la grossesse, nous n’avions rien au programme. Tant que par soucis financier (nous n’avons pas reçu toutes les factures de tous et chacun encore, donc on se limite afin de ne pas avoir de grosses surprises!), tant par soucis de ne pas m’épuiser inutilement (je vous reviens sur ma grossesse dans un autre billet) et que nous finissons par manquer de temps!

La semaine dernière, donc, alors que j’en discutais avec mon homme, ma belle-sœur nous a invité à nous  joindre à eux pour aller passer une journée à l’International des Montgolfières de St-Jean-Sur-Richelieu. J’ai comme sauté sur l’occasion de sortir de chez nous avec une grande joie! Nous allions faire une sortie! Habituellement, nous ne faisons pas la tournée des festivals au Québec. Nous nous sommes toujours contenté d’aller à l’exposition Agricole de Saint-Hyacinthe puisque c’est très près de chez nous. J’étais d’autant plus heureuse de faire autre chose.

mongolfieres02mongolfieres03

Notre idée était de voir une envolée de Montgolfières. Pendant mon adolescence, j’en ai vu une. Une seule fois. Mais, je me souviens encore à quel point ce fut magnifique, Dans mes souvenirs, aussi, il y avait beaucoup, beaucoup de choses à voir à l’international des Montgolfières.

Bref, nous devions rejoindre mes belles-sœurs pour 13h30-14h00 à l’entrée du site. Nous n’avions pas regardé les heures d’ouvertures avant de nous y rendre. C’est donc en arrivant que nous avons pris conscience que ça venait à peine d’ouvrir. Sincèrement, je croyais que c’était comme tous les autres festivals au Québec et que ça débutait vers 10h le matin. Une autre surprise nous y attendait. On nous a chargé 20$ par adulte et ce, parce que nous étions en semaine. Le weekend, c’est 30$! OUF! Sur le coup, nous nous sommes dis que c’était normal. Qu’à l’expo agricole, ça tourne autour de 17$/adulte. 

Dès notre arrivée, nous nous sommes dirigé vers la zone “Le lait” pour les enfants. Il y avait beaucoup de jeux gonflables, un carré de sable immense, un coin maquillage, coiffure, un coin dessin, etc. Bref, beaucoup de trucs appréciés de mon neveu et mes nièces. Nous étions 7 adultes, 1 garçon 4 ans, 3 filles (2 ans et demi (x2) et 20 mois). Compte tenu que Bébé Fille ne marche pas encore (ça va venir!), elle ne pouvait pas faire beaucoup de jeux gonflables. Mon chum devait l’y accompagner. Je l’admire d’avoir grimpé avec elle et glisser pour lui faire découvrir ce plaisir.

mongolfieres04

Bien entendu, nous sommes tombé sur une des journées les plus chaudes de la semaine! Il faisait pas loin de 33 degré, peu de vent. (Raison de plus pour dire Bravo à mon amoureux pour avoir joué dans les jeux avec la petite dans les bras!). Pour la grosse madame enceinte que je suis, ce ne fut pas facile! En plus, il n’y avait pratiquement pas de coin ombragé sur tout le site. Nous devions nous “cacher” derrière les modules gonflables. Un autre point qui nous a fortement déçu était l’absence d’abreuvoir pour remplir nos bouteilles d’eau! Il y avait bien des lavabos extérieurs près des toilettes, mais il était clairement mentionné que l’eau n’était pas potable.

mongolfieres05

Après avoir passé un long, très long moment dans les jeux gonflables, mon amoureux et moi sommes allés faire un tour sur le site. Quelle ne fut pas ma déception de me rendre compte qu’il n’y avait pas grand chose à faire. Oh, il y a des manèges, pour lesquelles il faut encore débourser de l’argent! Si l’on veut pouvoir tout faire, il faut acheter un bracelet au cout de 20$. C’est à ce moment que j’ai été vraiment très heureuse que mes deux grands ne soient pas avec nous. Ils auraient trouvé la journée bien longue! Parce que selon moi, on avait déjà payer suffisamment pour la journée. Pas question de redonner de l’argent pour faire des manèges qui n’ont pour but que de donner des maux de cœur et des maux de tête.

Pour la nourriture, je n’ai rien à redire. Quand on va dans ce genre d’endroit, on sait que l’on va payer plus cher pour un hotdog ou une poutine. Ce fut même très bon.

Vers 18h, la radio du site a fait un annonce concernant l’envolée prévue pour 18h30. Il y avait de fortes chances que celle-ci soit annulé en raison de la quasi absence de vent et de la direction de celui-ci. Ils ont fait quelques tests pour finalement nous dire que l’envolée ne se ferait pas. Je savais que c’était toujours un risque que l’on prenait. Mais compte tenu de la température, nous étions tous persuadés qu’il y aurait une envolée! C’est donc avec un sentiment de déception que nous avons quitté le site. Sincèrement, je ne pense pas y retourner l’an prochain ni les années suivantes. Quand nous aurons envi d’aller faire des manèges avec les enfants et ressentir le feeling des fêtes foraines, nous irons encore à l’Exposition Agricole de St-Hyacinthe. Ce sera un peu moins loin, un peu moins cher, et nous savons qu’il y a plusieurs activités à faire tant pour les jeunes enfants, les ados et les grands.

J’imagine que si on assiste aux divers spectacles qui sont offerts, la journée devient plus intéressante. Mais avec une toute petite fille qui est brulée de sa journée au soleil, on ne compte pas la dessus. Un point qui m’a quand fait plaisir, est que lorsque nous avons quitté, nous avons eu droit à des billets gratuits pour revenir un autre jour. Avoir été plus près du site, peut-être que nous aurions tenté notre chance pour voir une envolée…

Jeudi confession (10)

bbbinoulivre

Cette semaine, je suis à 34 semaines et quelques jours de grossesse. Ne me demandez pas d’être précise, je suis incapable de l’être et ce, depuis le tout début de ma grossesse. Je dois toujours prendre le temps d’y réfléchir quand on me le demande. Il parait que c’est normal quand on est rendu au 4e bébé!

Si je calcule correctement, 4e bébé sous-entend que j’ai accouché 3 fois auparavant. Il n’y a rien là. Je ne suis pas la première à qui ça arrive et je ne serais pas la dernière. Aussi, je suis infirmière en périnat. Donc, tout devrait bien aller (en théorie, du moins!). Je sais à quoi m’attendre pour les prochains mois. Je sais ce qui se prépare. Le hic est que malgré tout ça, j’ai une peur bleue d’accoucher! J’ai juste peur d’avoir aussi mal que la dernière fois. J’ai peur que ça soit pire que pour Bébé Fille. Depuis ma 20e semaine de grossesse, on surveille mon placenta. Il était marginal à ce moment. Il y a donc une petite possibilité de césarienne. Wow. Après trois accouchements, terminer tout ça par une chirurgie ne me tente pas trop. Surtout que… j’ai peur de devoir aller en salle d’op! Lors de l’extraction de mes dents de sagesse, je pleurais et paniquais sur la chaise du dentiste. Alors, imaginer si on doit m’opérer…

Bref, peut importe la façon dont la petite dernière doit sortir, j’ai peur. Affreusement peur!

Vivre dans les boites

boites

En mars, nous avons entrepris les démarches pour faire construire notre maison de rêve. Depuis près de deux ans, mon amoureux et moi avions des plans en tête. C’est donc avec ceux-ci que nous nous sommes présenté chez le contracteur. Après quelques rendez-vous ici et là, tout ce concrétisait. Nous allions avoir une maison ensemble telle que nous le désirions! Depuis tout semble avoir déboulé! C’est fou!

Avril est arrivée et ce fut les rencontres pour le choix des matériaux, de la cuisine, des armoires, des planchers, de la peinture, etc. Je n’aurais jamais imaginé qu’il y avait autant de choix à faire! À l’époque, j’étais en vacances tout le mois et heureusement! Je ne sais pas comment j’aurais pu combiner tous ces rendez-vous avec mon temps complet! On a aussi pris la décision de louer la maison actuelle. Des annonces ont été placées. Ce sont alors ajouté des visites et des téléphones à gérer.

Ensuite, mai s’est présenté beaucoup plus rapidement que je ne l’aurais cru. J’ai commencé mes boites en même temps que la bedaine se pointa le bout du nez. Sincèrement, je ne me souviens pas trop de ce moment de grossesse. J’avais beaucoup trop de choses en tête! Toutes mes journées de congé avaient pour but de planifier notre déménagement. J’avais pour objectif de ne déménager que ce que nous voulions vraiment avoir. Tous les trucs inutiles devaient prendre la direction de la poubelle ou du bac de recyclage ou encore, des boites clairement identifiées “pour vente de garage”. Je faisais des boites ici et là, et j’avais vraiment l’impression que tout se faisait bien. Après quelques visites. la maison a fini par se louer. Il a alors fallu commencer à planifier les rénos qui devaient être fait avant l’arrivée des futurs locataires. Certains jours, on avait l’impression que ce serait facile et d’autres… j’avais l’impression qu’on n’y arriverait jamais!

Juin est enfin arrivé. Beaucoup trop vite, encore une fois! On arrivait plus à profiter du moment présent. Tout allait trop vite! On nous a aussi annoncé que nous aurions la maison deux semaines plus tôt que prévue. Il fallait donc bouquer l’aide que tous et chacun nous avait promis. Il fallait valider la location de la remorque, faire les changements d’adresse, l’hydro, les assurances, téléphones, etc. Les suivis de grossesse se glissaient entre deux obligations et le travail. Bien entendu, les rénovations de la maison locative prenaient du retard. Il m’arrivait de me réveiller en pleine nuit et de ne plus être capable de me rendormir en raison du stress. J’étais persuadée qu’on n’y arriverait pas. Je voulais que notre déménagement soit parfait! Je voulais que toutes les boites soient faites et que tout soit impeccable. Avec le recul, je me rends compte que je me suis peut-être mis trop de pression sur les épaules. C’est donc le 28 juin que nous avons emménagé dans la nouvelle maison. C’est un peu à ce moment que j’ai aussi pris conscience de ma bedaine et que je ne pouvais plus forcer sur les boites. J’ai dû passer la journée à me sentir inutile pendant que nos amis et famille forçaient sur les boites et les meubles.

On avait à peine eu le temps de commencer à déballer une boite que le mois de juillet est venu nous narguer. Il ne nous restait qu’un mois pour entreprendre et finir les rénos de l’autre maison. Les nouveaux locataires ferraient leur entrée le 31 juillet. Mais ça… ce sera une autre histoire…