L’art d’occuper tout son petit monde ou… l’art d’occuper son enfant de deux ans… #kindermaman #mamankinder

Depuis que la petite dernière est arrivée, il faut user d’organisation pour occuper tout le monde dans la maisonnée. Bien que les deux plus vieux soient grands, ils ont encore besoin de mon attention et de mon aide. Surtout pendant la période d’étude! Qui dit période d’études, dit période du 5 à 7… C’est aussi le moment où le repas est à faire, le moment ou ma 2 ans décide qu’elle veut toute (quand je dis toute, c’est vraiment toute!) l’attention et que la petite dernière veut aussi boire. Quand arrive 19h, je souris intérieurement, car je sais que dans une heure, tout le monde (ou presque) sera au lit!

Il faut être honnête, il y a des soirs où ça se déroule mieux que d’autres. 

bbpleure

Certains soirs, si vous passez devant la maison, il est possible que vous entendiez bien des trucs par les fenêtres ouvertes… Il est probable que vous entendiez une petite terrible two qui hurle sa vie, un nourrisson qui hurle sa faim, pendant que deux futures ados se disputent à savoir à qui est le tour de mettre la vaisselle dans le lave-vaisselle… Ajouter à ça deux parents qui tentent d’obtenir le silence avec impatience. 

dessineretude

D’autres soirs, par contre… si vous passez dans mon coin, il est possible que vous n’entendiez rien… Bébé Fille adore dessiner. Donc, quand les grands font leurs devoirs, elle aime bien les accompagner avec son cahier à colorier et ses crayons. Une fois qu’elle est bien installer, je peux me permettre d’allaiter et de faire réciter les leçons en même temps. Sincèrement, quand tout le monde est sagement installé autour de la table et que tout se passe bien, je suis pas mal fière. J’ose me dire que j’ai le tour avec tous les enfants. Que 4 enfants, ce n’est pas compliqué du tout!

Outre le dessin, une bonne façon d’occuper Bébé Fille est de la fournir en nourriture. Surtout celle qui est sucrée et chocolaté. Malheureusement pour elle, je ne le fais pas souvent, mais vraiment pas… Par contre, quand ça arrive, je sors LE truc infaillible : L’œuf de Kinder Surprise. Elle prend le temps de jouer avec l’œuf avant de le déballer, de le manger et de jouer avec le jouet. J’ai presque droit à un bon 15-20 minutes de silence… Oui, oui! Tant que ça!

kinderoct05

kinderoct03

kinderoct04kinderoct06

Et vous? Quels sont vos trucs pour amusez les plus jeunes pendant la période des devoirs?

Je profite aussi de ce billet pour vous annoncer que je suis une maman Kinder pour une troisième année! Je vais donc publier quelques articles en lien avec ces petits œufs en chocolat au cours des 12 prochains mois. Je peux dire avec certitude que j’ai quelques enfants qui en sont très heureux à la maison!

kinderoct02

kinderoct01

Les nouvelles de Kinder Canada pour ce mois-ci :

- Depuis la mi-septembre, les jouets Transformers et Fées de Disney en édition limitée se retrouvent à l’intérieur des œufs KINDER® SURPRISE® spécialement  identifiés. Il y a huit jouets Transformers et dix Fées de Disney à collectionner. Les jouets Transformers peuvent même être assemblés pour créer un plus gros jouet et avoir encore plus de plaisir!

- Les Canadiens peuvent visiter le photomaton virtuel de KINDER® sur la page Facebook de KINDER® Canada et cliquer sur l’onglet « Photomaton » pour créer gratuitement des bandes de photos digitales partageables . Chaque fois qu’une photo est partagée avec le mot-clic #sourireskinder sur Twitter et Instagram, elle est ajoutée à une galerie photo digitale sur Facebook. Visitez-la!

AVERTISSSEMENT ou DÉMENTI : Je suis un/une #KinderMom/Maman/Dad qui fait partie de l’équipe d’influenceurs de KINDER ; vu mon affiliation avec Kinder Canada, j’obtiens des avantages spéciaux et des produits. Toutes les opinions énoncées sont les miennes.

“Profites-en, ça passe vite!”

2bb

“Profites-en, ça passe vite!”  est surement LA phrase que tout parent digne de ce nom a entendu un million de fois dans sa vie. Honnêtement, je dois même avouer l’avoir dite à quelques reprises, à quelques nouveaux parents. J’ai toujours eu conscience qu’effectivement, lorsqu’un bébé fait son entrée dans notre vie, tout va vite… mais tellement vite, que ça en est essoufflant. Mais je crois que je n’avais jamais vraiment pris le temps d’en profiter. Je crois même que je n’avais jamais compris ce que c’était que d’en profiter pleinement. Du moins, jusqu’à l’arrivée de la petite dernière.

Bébé no 4 (va falloir lui trouver un surnom, mais je manque d’idée. Des suggestions?) est arrivée le 15 du mois dernier. Elle est avec nous depuis un peu plus d’un mois, maintenant et je capote! Littéralement! Elle grandit trop vite! Le temps s’écoule trop rapidement. Je vois ses traits changés de jour en jour et je voudrais mettre le temps sur pause. Il m’est arrivé de la regarder dormir et d’avoir les larmes aux yeux. J’ai pleinement conscience que le temps s’écoule à une vitesse folle.

J’ai aussi conscience que ce sera la dernière. Qu’il n’y aura plus d’autres petits bébés qui se glisseront le nez dans mon cou. Je tente d’absorber tous les souvenirs possibles, mais je sais qu’il est impossible de se souvenir de tout. Je voudrais imprégner dans ma mémoire chacune de ses expressions, son odeur et la sensation de sa peau sous mes doigts. J’aimerais immortaliser le petit sourire que je perçois lorsqu’elle dort ou que je la prends. Je voudrais me souvenir de la façon dont elle réagit lorsqu’elle entend ma voix. Me souvenir de sa façon de se positionner pour prendre le sein. Je voudrais avoir le temps de la bercer des heures entières…

Mais, autant je voudrais passer tout mon temps avec cette petite fille, autant je ne veux pas manquer un seul instant de Bébé Fille. À presque deux ans, ma fille évolue à vitesse grand V. Je me sens déchirer entre chacun de mes enfants. En ce moment, ils ont tous besoin de moi à leur façon et je n’arrive pas à trouver le temps nécessaire pour chacun d’eux. Bébé Fille me fait comprendre qu’elle est encore un bébé qui a besoin de savoir qu’elle a toujours sa place dans mon cœur, que sa petite sœur ne lui enlèvera pas sa maman. Il n’est pas toujours facile de concilier un terrible two et un allaitement…

Il y a aussi Princesse qui tente de s’adapter au secondaire. Ce n’est pas facile de passer du primaire au programme régulier à un programme international. Les devoirs et leçons ne sont pas toujours une partie de plaisir quand on fait face à une adolescente qui doute d’elle-même en permanence. Je voudrais lui enlever tout le poids qu’elle se met elle-même sur les épaules, mais je ne peux pas tout faire. Elle doit faire ses apprentissages…

Mon grand de neuf ans, lui… tente de trouver sa place parmi ses trois sœurs. Pas toujours facile. Jusqu’à l’arrivée de Bébé Fille, il était le petit garçon à maman qui ne disait jamais un mot plus haut que l’autre. Maintenant qu’il arrive dans la préadolescence, il doit apprendre qu’on ne parle pas de la même façon à sa mère qu’à ses amis… pas toujours facile.

Et moi dans tout ça, je dois apprendre à accepter le fait que je ne peux pas me diviser en 4. Je dois apprendre à être une maman de plusieurs enfants et ce n’est pas toujours facile. Je voudrais tellement être la maman que j’ai rêvée d’être, mais c’est loin d’être facile à tous les jours!

Quand je les vois tous les 4 ensembles. Quand les plus grands jouent spontanément avec la plus jeune et qu’il s’en occupe sans que je ne le demande. Quand je les vois éclater de rire ensemble ou quand ils sont tous entassés sur mon petit divan… j’ai une bouffée d’amour indescriptible qui me tort le ventre. Je sais alors que j’ai fait la plus belle chose au monde! Etre la maman de ses 4 enfants là, c’est merveilleux!

Comment magasiner avec des enfants et que ce soit plaisant? #mamanpg #évènementbébé

trio02

La rentrée scolaire est maintenant derrière nous. Ce ne fut pas de tout repos pour notre petite famille. D’abord, il y a les dépenses qui furent nombreuses. Une grande qui a fait son entrée au secondaire, dans le programme international (ouf!), l’autre qui a fait son entrée en 4e année et la troisième qui entre de plein fouet dans son terrible two. Sans oublier le déménagement récent et la grossesse qui tirait à sa fin. Sincèrement, j’en suis encore essoufflée tant physiquement, psychologiquement et financièrement!

Sincèrement, faire les achats pour l’école et les vêtements avec les trois enfants ne fut pas toujours de tout repos! Disons qu’avec le temps, je développe des petits trucs pour éviter d’avoir à gérer un pré-ado qui chiale parce que c’est plate, une deux ans qui fait une crise du bacon et une ado qui a honte de nous tous! La clef du succès est sans aucun doute la planification! On s’évite une sortie digne d’une mauvaise comédie.

Vous avez surement déjà vécu une sortie ou l’on sort des magasins en catastrophe avec un enfant sous les bras qui donne des coups de pieds de tous les côtés,  un autre dans la poussette qui hurle sa vie sans oublier le troisième qui refuse de sortir parce qu’on n’a pas finiii!? Et que finalement, au bout du compte, on n’a pas acheté ce dont on a besoin? Ou encore, les enfants sont fins… parce qu’on achète tout ce qu’ils demandent afin d’acheter la paix et que l’on dépasse le budget (de beaucoup!).

Comme je le mentionnais, avec le nombre d’enfant qui augmente dans la famille, j’en suis venu à me trouver des trucs pour que la période de magasinage soit des plus agréables pour tout le monde et éviter qu’une simple sortie à l’épicerie ne devienne une histoire de cris et de larmes.

Tout d’abord, je parle aux enfants. Je leur dit ce que j’attends d’eux. Bon, vous me direz que mes deux plus vieux sont vraiment en âge de comprendre, et vous avez raison. Mais, je les avise depuis très longtemps que je ne veux pas de dispute, de demandes incessantes, ou de touche-à-tout et, ce depuis longtemps. Les fois où j’ai “oublier” de les aviser de mes consignes, ça finissait toujours en dispute et découragement (pour moi).

Ensuite, faire une liste! Avant, je faisais une liste dans ma tête de tout ce dont j’avais besoin. Avant, j’avais assez de mémoire pour ne rien oublier. Comme tout le monde le sait, avec les grossesses et l’âge, la mémoire n’est plus ce qu’elle était (dites-moi que je ne suis pas la seule!). Quand je note tout ce dont j’ai besoin, c’est tellement plus productif! Et surtout, je ne reviens pas à la maison avec un paquet de trucs plus ou moins urgent alors que je n’allais chercher que du savon à linge… et que j’ai oublié le dit-savon à linge. Les fois où j’ai vraiment été efficace avec ma liste, c’est lorsque je classais mes achats par rayon. C’est fou le temps que j’économisais. Je ne comprends juste pas pourquoi je ne le fais pas plus souvent…

Troisièmement, il faut choisir le magasin où l’on retrouvera tout ce dont on a besoin. C’est bien beau courir tous les spéciaux dans toutes les épiceries de la ville, mais pensez à tout l’argent que vous dépenser en essence et en perte de temps. Sans oublier que si les enfants sont avec vous, ils perdront patience fort rapidement. Il est aussi important de choisir le bon moment. Aller dans les magasins à l’heure de la sieste des enfants, ce n’est peut-être pas l’idéal. Compte tenu que je suis en congé en semaine et ce, même quand je travaille, je trouve le moyen d’aller faire mes achats pendant cette période de la semaine. C’est toujours moins achalander et c’est plus facile de gérer tout mon petit monde et… ma patience!

Finalement, être à l’affut des rabais et évènements qui vous feront économiser. Il suffit de feuilleter les dépliants que l’on reçoit chaque semaine, les journaux ou vous magasins préférés. Par exemple, si entre le 10 et le 24 octobre, vous visitez l’un des magasins Loblaws, Maxi, Valu-Mart ou Provigo de votre région, vous pourrez profiter de l’évènement Bébé. C’est un évènement qui propose des offres très intéressantes sur tous les articles pour bébé afin de rendre votre magasinage plus pratique et agréable (toujours plaisant d’économiser sur les couches!).

Une dernière chose… essayé d’avoir du plaisir! Même si les courses font partie des tâches qui ne sont pas toujours plaisantes, il y a toujours moyen de rendre ça amusant pour les enfants quand les parents sont bien préparés! N’hésitez pas à partager vos trucs avec moi!

Bon magasinage!

Déclaration : Je suis une maman P&G. Dans le cadre de mon association à ce groupe, je reçois des produits et profite d’un accès privilégié à des évènements et à des offres de P&G. Les opinions que je partage sur ce blogue sont mes propres opinions.

Dans ma petite valise, il y a… #mamanpg

Cette semaine, je me suis donné un coup de pied afin de commencer à préparer ma valise. Je crois bien que je n’ai jamais été aussi peu préparée à l’arrivée de bébé que pour cette grossesse-ci. Un peu partout, on nous fournit mille et une listes de trucs à avoir avec soi. Pour mes grossesse, bien que je ne sois pas suivi à la même place), je n’ai pas eu accès à ces listes. Je me fis donc à mon expérience personnelle et professionnelle. J’ai eu le gout de partager avec vous mes suggestions.

La valise de Bébé :

  • Un paquet de couches Pampers Swaddlers en taille  New Born ou 1 : Pourquoi cette marque? Parce que je ne jure que par elle pour tous mes enfants. Elles sont douces, de bonnes tailles pour les nouveaux-nés et que c’est une marque qui a fait ses preuves.
  • Des vêtements pour la durée du séjour : pour la quantité, c’est à votre discrétion, des pyjamas, cache-couche ou non, petits bas, etc.  Il ne faut pas oublier qu’on est là que pour deux jours… trois si on a une césarienne. Il n’est pas nécessaire d’avoir la garde-robe entière de bébé. Si on allaite, bébé est souvent en couche seulement…
  • Une ou deux petites couvertures douces. Bien que l’hôpital en fourni, reste que les nôtres sont beaucoup plus douces!
  • Un ou deux chapeaux: il n’est pas toujours facile de contrôler la température de la chambre d’hôpital.
  • Un ensemble de sortie, ce qui inclus pyjamas, vêtements chauds, mitaines, chapeau, etc.
  • Des petites mitaines pour prévenir les égratignures au visage.
  • Un siège d’auto : svp, prenez le temps de vérifier la date de péremption si vous l’emprunter. Et, assurez-vous d’ajuster les sangles avant de vous pointer à l’hôpital. Les infirmières vont vérifier que bébé soit bien attaché, mais elles ne feront pas tout le travail pour vous!

La valise de maman :

  • Au moins deux pyjamas confortables.
  • Plusieurs petites culottes : oubliez vos plus belles, les strings et les brésiliennes à la maison. N’apportez que celles qui sont confortables et qui risque de terminer dans les poubelles au bout de quelques jours.
  • Trousse d’hygiène personnelle : shampoing, savon doux, brosse à dents, dentifrice, déodorant, brosse à cheveux, élastiques, séchoir, etc. Personnellement, j’ai même ajouté un shampoing sec de herbal essence, car on ne sait jamais si on aura l’autorisation de sauter dans la douche rapidement surtout si ça se termine en césarienne.
  • Vêtements pour la sortie. Des vêtements de maternité feront l’affaire. C’est sur à 99,9% que vous ne rentrerez pas dans vos vêtements d’avant la grossesse. Laissez-vous un peu de temps!
  • Une paire de pantoufles ou sandales. Marcher pieds nus sur un plancher d’hôpital, c’est… bof…
  • Une paire de bas chauds.
  • Votre oreiller, coussin d’allaitement, couvertures. A votre discrétion.
  • L’appareil photo!
  • Votre chargeur pour cellulaire, mais faites attention de ne pas le laisser à l’hôpital quand vous quitterez. Ça arrive sans arrêt!
  • Pour l’accouchement : cd de musique si vous le désirez. Personnellement, pendant que j’accouche, je me balance de ce qui se passe autour. Tout va trop vite!
  • Crème pour les mamelons à base de lanoline si vous désirez allaiter. Un essentiel, d’après-moi!
  • De bons soutiens-gorges d’allaitement.
  • Un cahier, crayons si désirez. Une belle façon de conserver des souvenirs.
  • Magazine, livres, sudoku… n’importe quoi pour passer un peu de temps si bébé dort et que vous n’arrivez pas à dormir.
  • Des vêtements pour le papa. Ne pas oublier un pyjama. Même si les infirmières en voient tous les jours, elles n’ont pas besoin de voir le papa en sous-vêtements!
  • Des collations. Quand on allaite, on a toujours faim!
  • Un sac pour les vêtements sales.

Ne pas oubliez que vous êtes à l’hôpital entre deux et 4 jours. Pas besoin d’avoir 4 valises! Les chambres sont petites, même celles qui sont privées! Si en plus, le papa a l’intention de revenir à la maison pendant le séjour, il peut rapporter les trucs non-essentiel.

Peut-être que j’en oublie… Que mettez-vous dans votre valise et celle de bébé?

Déclaration : Je suis une maman P&G. Dans le cadre de mon association à ce groupe, je reçois des produits et profite d’un accès privilégié à des évènements et à des offres de P&G. Les opinions que je partage sur ce blogue sont mes propres opinions. 

Bilan de l’été ou… Bilan de l’été que je n’ai pas vu passer… #mamankinder #sourireskinder

L’année dernière, j’ai fait un bilan en plein milieu de mon été et à la fin. Cette année, je ne savais pas si ça valait la peine d’en faire un jusqu’à ce que Kinder nous le demande. Après réflexion, je me suis dit que c’était une très bonne idée. Même si j’ai l’impression de n’avoir rien fait, peut-être que j’en ai fait beaucoup…

Pour l’été 2014, j’avais tout plein de projets en tête. Je voulais aller au cinéparc avec les enfants. Je voulais aller voir le spectacle au Théâtre de la Dame de Cœur ou encore aller au zoo. Est-ce qu’on a fait tout ça? Oh que non. C’était utopique de croire qu’on pourrait le faire en même temps que le déménagement, les rénovations, les deux épisodes d’infection urinaire de Bébé Fille et le rhume carabiné qu’elle nous en transmis. La fatigue a eu raison de nous.

Par contre, cette année, j’ai réussi à lâcher prise sur ce que les deux grands faisaient. S’Ils n’allaient pas dehors une journée, je ne chialais pas. Quand leurs amis n’étaient pas en vacances ou au camp de jour, ils passaient chercher les miens et je ne les revoyaient qu’à l’heure des repas. Je leur ai permis de se coucher plus tard, de se lever plus tard (jusqu’à ce que Bébé Fille en décide autrement!).

Je regrette une seule chose. Ne pas avoir pris plus de photos. Compte tenu que nous ne sommes pas sorti ou presque pas, j’ai n’ai pas eu l’occasion de sortir mon appareil photo. Je sais que j’aurais pu me créer des occasions, mais je crois que je n’avais juste pas la tète à ca cette année. Mais si vous, vous avez fait beaucoup de photos, saviez-vous qu’il était possible de partager vos sourires d’été avec la nouvelle application de KinderMD .

strip

C’est une façon amusante et interactive pour les parents de capter et de partager des moments amusants. Il est même possible d’ajouter des éléments décoratifs et très drôles aux photos. Les enfants peuvent s’amuser à se mettre des masques!

Voici les étapes à suivre :

  • Étape 1 :Devenez fan de KinderMD sur Facebook
  • Étape 2 :Commencez votre bande photo
  • Étape 3 : Télécharger z vos photos
  • Étape 4 :Choisissez un joli cadre KinderMD
  • Étape 5 : Choisissez un filtre(qui vous donnera une drôle de tête)
  • Étape 6 : Enregistrez et partagez

Ajoutez des #SouriresKinder à toute bande-photo et vous verrez votre sourire dans la galerie de l’application.

L’été a quand même passée à une vitesse folle. J’aurais aimé avoir du temps pour relaxer sur le bord d’une piscine ou juste sur la terrasse. On se reprendra cet automne! Le beau temps est loin d’être derrière nous!

« Divulgation : je participe au programme des mamans KinderMD et j’en reçois compensation. Les opinions exprimées sont les miennes. »

Quoi faire en septembre pour pas cher?

Septembre est synonyme de rentrée scolaire, mais pendant les weekends, il est encore possible d’avoir l’impression d’être en vacances! Oui, oui! Et sans que cela ne nous coute une fortune!  Pour ce faire, il suffit de sortir et profiter du soleil qui est encore parfois très chaud! Voici quelques suggestions pour ceux qui en doutent :

1. Aller aux pommes : C’est un classique qui plait toujours aux enfants. En ce moment les sites d’achat de groupe (Tuango, Groupon) offrent de belles opportunités à moins cout. Une belle façon de découvrir de nouveaux vergers.

pomme01

2. Visiter les Parcs Nationaux de la SEPAQ: Le 6 septembre 2014, la SEPAQ offre la possibilité de visiter l’un des 24 parcs du Québec gratuitement. La SEPAQ vous proposent une foule d’activités lors de cette journée spéciale. C’est une belle occasion pour découvrir ou redécouvrir les parcs nationaux du Québec avec les enfants ou en couple, ou même seul. Pour plus d’information, cliquez ici.

Photo 655

3. Visiter une ferme agricole: Depuis plusieurs années, plus d’une centaine de fermes ouvrent leur porte afin de permettre aux gens d’en apprendre d’avantage sur cet industrie. C’est donc le dimanche 7 septembre qu’il vous sera possible d’y participer et ce, gratuitement! Pour ceux qui sont à Montréal et dans l’impossibilité de se déplacer, il y a aussi une activité au Parc Jean Drapeau.  Pour plus d’information, cliquer ici ou ici.

DSC07251

4. L’Oktoberfest de Repentigny: Personnellement, je ne bois pas de bière. Par contre, mon amoureux aime bien découvrir de nouvelles saveurs. C’est donc avec plaisir que nous allons chaque année faire un tour à l’Oktoberfest. Pour ma part, j’aime les activités offertes pour les enfants, j’aime découvrir des produits du terroir québécois et j’aime passer du temps en famille. Si vous achetez des billets via Tuango, ça ne revient pas trop cher!  Il s’agit d’un évènement pour toute la famille, avec plusieurs manèges, jeux gonflables, maquillage, animations, spectacles et ateliers de cirque! Plusieurs concerts sont également à l’horaire, dont Les BB le vendredi 5 septembre et Loco Locass le samedi 6 septembre!

Dégustation

5. Vérification des sièges d’auto pour enfants chez Canadian Tire : Si vous n’avez pas assez de temps pour sortir de votre ville ou de votre campagne, le samedi 6 septembre prochain entre  10h et 16h, il sera possible de vous rendre gratuitement chez Canadian Tire (dans tout le Québec) afin de faire faire une vérification du siège de votre enfant. Le bilan provincial de  2013 des activités de vérification du Réseau de vérification de sièges d’auto pour enfants démontre que 2/3 des sièges de nouveau-né et sièges d’enfant ont été utilisés incorrectement, et 11 % des sièges d’appoint ont été utilisés incorrectement.

Avez-vous des suggestions d’activités à faire pour le mois de septembre? Quels sont vos projets?

Décharge : Je n’ai reçu aucune compensation pour ces suggestions d’activité. Je vous fais part d’activités auxquelles j’aimerais personnellement participer.

“Oh non, pas encore!”

bbmalade

Oh non, pas encore! C’est exactement ce qui m’est passé par la tête jeudi soir quand j’ai pris la température de Bébé Fille parce que je la trouvais un peu chaude et qu’elle pleurait en attrapant sa couche à deux mains. Une petite voix m’a dit que c’était surement une infection urinaire, encore. La deuxième en moins d’un mois.

Vendredi matin, je devais me rendre à Ste-Justine pour mon suivi de grossesse et un écho de contrôle. J’ai donc laissé ma petite entre les mains de ma belle-maman. Étant elle- une infirmière à la retraire, je savais que mon bébé serait sous bonne garde. Elle m’a même offert de téléphoner au pédiatre de ma fille si celle-ci faisait encore de la fièvre à son réveil.

Lors de notre retour de Montréal, belle-maman était effectivement au téléphone et nous organisait un rendez-vous dans l’après-midi même avec le pédiatre afin que Bébé Fille ait une analyse et culture d’urine. Depuis sa naissance, nous avons comme consigne de nous présenter à la clinique si elle commence une fièvre subite sans autre symptôme. Il y a un mois, Bébé Fille nous a fait ce tableau : petite fièvre par intermittence, plus maussade, un appétit qui fluctue et, des cris lorsqu’elle urinait. Résultat? Infection urinaire au e. coli. Elle a alors eu droit à 3 jours d’antibiotiques intraveineux et 7 jours supplémentaires d’antibio en sirop. Compte tenu que le dernier et unique épisode d’infection remontait à plus de 18 mois, on se croyait à l’abri. Qu’elle belle naïveté!

Vendredi après-midi donc, on s’est présenté à l’unité pédiatrique de l’hôpital de la ville. Je crois bien qu’on commence par avoir fait le tour de tous les pédiatres du centre hospitalier du coin. Après un cathétérisme et des prises de sang, le diagnostic est tombé. Encore une infection urinaire pour la cocotte! Ce ne fut pas une surprise. Je le savais. Mon chum le savait. Maintenant, on n’avait juste pas envie d’aller passer une couple de jours à l’hôpital. Ce n’est pas dramatique, mais à chaque fois que la question se pose, je me demande ce que je fais avec les deux autres. Ils ont beaux être plus grands, ils ont quand même besoin de moi! Mon chum et moi étions en train de prévoir tout ce qu’on ferrait si Bébé Fille devait être hospitalisée.  Nous devions être réalistes. Deux infections urinaires en un mois, il était plus que probable que le médecin décide de garder notre fille pour son traitement. Finalement, qu’elle ne fut pas notre surprise d’apprendre que le traitement serait le même que la dernière fois. Que nous pourrions rentrer à la maison et ne revenir qu’aux 24 heures pour la dose d’antibio. Étant moi-même infirmière, je pouvais prendre soin de son jelco (cathéter intraveineux qui permet l’administration des antibios).

Depuis trois jours, donc, nous nous déplaçons à l’hôpital avec la petite. Pendant une heure et demie, nous devons user d’imagination pour la tenir occupée. Bébé Fille a beau être une “habituée” des hôpitaux, elle n’en demeure pas moins une petite fille de 21 mois. Elle manifeste fortement son mécontentement. Elle ne comprend pas que le bandage sur son bras est là pour son bien et surtout, elle n’aime pas que des inconnus lui fassent des trucs assez intimes! Aussi, bien qu’elle ne marche pas encore, elle aime bouger. Demeurer assis sur une chaise pendant une heure, ce n’est pas toujours facile! Je suis rendu une pro pour faire un sac de jouets/livres/collation en moins de deux minutes et qui sera utile pendant près de deux heures!

Demain, je vais à nouveau rencontrer le pédiatre de garde. Je vais savoir à ce moment si l’on passe aux antibiotiques oraux. Sincèrement, je ne suis pas sure de ce qui va se dérouler demain. En juillet, Bébé Fille a très bien répondu aux antibios. Moins de 24 h après la 1ere dose, la température chutait et je retrouvais ma petite fille. Cette fois-ci, la température a diminuée… un peu. Elle en fait toujours un peu. Elle redevient maussade dès que la température remonte. Aussi, les changements de couches ne sont plus une partie de plaisir. Elle pleure beaucoup. Me dit que ça fait “bobo”, Je crois que les cathétérismes l’ont traumatisé. Ça me brise le cœur de la voir comme ça. Je ne veux pas qu’elle souffre. Je ne veux pas qu’elle reste marqué parce qu’on doit lui faire des tests désagréables. Je n’ai pas envie de la voir hospitalisée, mais je n’ai pas envie non plus qu’on passe à cote de quelque chose. Bref, la maman est épuisée. La maman est à bout. J’essaie de me convaincre que c’est mieux qu’elle ait tout ça maintenant plutôt que lorsque je vais accoucher… mais reste que je suis parfaitement consciente que je vais accoucher en étant déjà au bout du rouleau…

Croisons les doigts pour avoir de bonnes nouvelles demain…