Quand on fait face à l’injustice de la vie

Je pense que j’écris rarement sur mon travail ou mes patientes. Je crois que je dois être professionnelle sans oublier que je me dois de conserver le secret professionnel. Je n’écris pas non plus pour être sure que personne ne se reconnaisse ou ait l’impression de se reconnaitre. Même si personne ne vit la même histoire, certaines se ressemblent beaucoup. Mais, parfois il nous arrive d’être placé dans des situations improbables ou tout simplement inconcevables.

Dernièrement, je me suis occupée d’une jeune maman qui a donné naissance non pas à la joie, mais à la tristesse. Pendant près de 9 mois, elle a porté en elle, la vie, la joie et l’espoir. En quelques heures, tout ça lui a été enlevé. Elle ne pourra jamais entendre les pleurs, les petits rires et les premiers gazouillements de son petit garçon, car la vie en a décidé autrement. Après avoir donné la vie à deux reprises, elle ne pouvait pas imaginer qu’on lui enlèverait la troisième. Cette femme est venu me chercher comme personne ne l’a fait avant elle. Ses larmes m’ont atteint de plein fouet. J’aurais tant voulu lui donner plus. J’aurais voulu pleurer avec elle. À chaque fois que je sortais de sa chambre, j’avais les larmes aux yeux. Une fois, j’ai fini par éclater en sanglots dans le corridor. C’était trop. J’ai essayé d’être présente. J’ai essayé de lui dire dire ce que j’aurais voulu entendre. J’aurais voulu la prendre dans mes bras.

Ensuite, je suis entrée dans la chambre d’une autre patiente. À peine dans le début vingtaine. Encore une enfant à mes yeux et qui doit faire face à la justice pour tenter de conserver la garde de ses deux petits garçons en santé. Elle m’ignorait, ne répondait pas à mes questions et faisait celle qui ne me comprenait pas parce que je ne parle pas parfaitement sa langue. J’avais le goût de lui hurler de se battre, de cesser de consommer de la drogue ou de l’alcool. J’avais le goût de la secouer et de lui dire qu’elle avait la chance d’avoir une petite boule d’amour en santé avec elle et que tout ce qu’elle avait à faire était de nous montrer qu’elle pouvait s’occuper de lui! J’avais juste envie de lui dire que ce ne sont pas toutes les mamans qui ont la chance qu’elle a!! Normalement, je n’ai pas de problème à travailler avec ce type de clientèle (qui est en majorité ma clientèle!), mais là… c’était dur, très dur… Je ne peux pas me permettre de juger, de critiquer ou de chialer contre les gens. Je suis parfaitement consciente que chacun vit ce qu’il a à vivre et fait ce qu’il peut avec le bagage qu’il a derrière lui. Mais, cette journée-là, ce fut très difficile… parfois mon travail n’est pas toujours le plus beau métier du monde. Parfois, c’est même lourd…

Heureusement, cela ne se produit pas tous les jours… À chaque jour, j’ai une pensée pour tous ces parents orphelins… courage…

La maternité en photos…

Comme je vous en ai glissé un mot dernièrement, je suis devenu complètement accro à Pinterest. Je passe des heures la dessus à cliquer à droite et à gauche. Je travaille sur mon board. Je cherche des images sur n’importe quel sujet. Je veux juste aller voir ce que vous avez ajouté et finalement, j’y passe plus de deux heures. Tant qu’à perdre mon temps la dessus, aussi bien vous partager mes coups de cœur!

Le sujet de cette semaine : La maternité

Source: weheartit.com via Damia on Pinterest

Source: weheartit.com via Damia on Pinterest